Actualités
Faits divers

Graffitis haineux chez Loiselle

mardi le 29 janvier 2019
Modifié à 11 h 31 min le 29 janvier 2019
Par Yanick Michaud
Des graffitis haineux ont été réalisés au cours de la nuit sur la façade de l’édifice Loiselle à Saint-Timothée, semant la consternation chez les employés. « Nous ne comprenons pas la signification. Nous n’avons pas eu de menaces. C’est sans lien. C’est un travail de lâche », a mentionné le PDG, propriétaire de l’entreprise de construction, Paul Béluse. Outre de grandes traces de peinture grise, l’inscription Non à la prison pour migrants, attire l’œil. [caption id="attachment_58337" align="alignnone" width="521"] Une inscription raciste et haineuse, était bien visible sur la façade de l’édifice Loiselle sur le boulevard Pie-XII à Saint-Timothée, mais la signification de Non à la prison pour migrants demeure quant à elle, nébuleuse.[/caption] Les méfaits se sont produits au courant de la nuit. « Nous n’avons pas vu grand-chose, sinon deux individus sur nos caméras de surveillance. Nous avons signifié le geste aux policiers qui sont venus tôt ce matin. À partir de là, j’espère qu’ils vont trouver les responsables », dit le président-directeur général, dépité. Il fera maintenant affaire avec une entreprise spécialisée dans le nettoyage pour refaire une beauté à sa façade. « Mais je ne pense pas que ce soit suffisant. Sur la brique ça pourrait partir, mais sur certains matériaux, il faudra sûrement repeindre. » [caption id="attachment_58336" align="alignnone" width="521"] Selon une personne qui aurait vu les vidéos de surveillance, les malfrats auraient utilisé un type de pulvérisateur à main pour lancer la peinture, ou ce qui s’y apparente, sur les murs de l’édifice.[/caption] Quant à la Sûreté du Québec, on assure que le geste a été signalé, mais que rien d’autre n’avait été signifié du même genre dans le périmètre immédiat, au cours des dernières heures. L’enquête est cependant ouverte.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous