Glisser en paraski avec un bras et une jambe

Glisser en paraski avec un bras et une jambe

Le Campivallensien Didier Godbout a enseigné le paraski à une escrimeuse paralympique en fauteuil roulant, Camille Chai, qui est née sans la jambe et le bras gauche.

Crédit photo : (Photo: Journal Saint-François – Pierre Langevin)

DÉTERMINATION. La popularité du site de «Paraski Flex» sur la baie Saint-François à Salaberry-de-Valleyfield dépasse largement le territoire de la région du Suroît.

Vendredi dernier, l’expert et artiste de la voile sur la glace, Didier Godbout a enseigné son savoir à une invitée spéciale dont la visite fera l’objet d’une émission sur les ondes de «AMI-télé» en mai prochain. Camille Chai, une athlète paralympique dans la discipline de l’escrime en fauteuil roulant, a poussé son dépassement de soi à un haut niveau en apprenant sur-le-champ les rudiments du paraski, une activité hivernale qui n’est pas évidente à pratiquer compte tenu de sa condition physique.

Née avec la jambe et le bras gauche en moins, la jeune Montréalaise a fait fi d’une température glaciale atteignant les -35 degrés avec le facteur éolien pour adopter facilement cette nouvelle discipline pour elle. «C’était capotant de voir comment elle est une fille déterminée. Camille a réussi à maîtriser la voile rapidement et elle a ‘’ridé’’ pendant plus d’une heure. Son attitude est remarquable», de signifier Didier Godbout.

Deux chutes lors des premières poussées n’ont aucunement découragé l’athlète qui porte une prothèse à la jambe gauche. «J’ai toujours bougé depuis que je suis toute petite. J’aime beaucoup l’action, les sports de contact. Ma condition, ce n’est pas ça qui m’a freinée dans la vie», décrit Camille Chai, que l’on pourra voir au petit écran à l’émission «3, 2, 1… on bouge» réalisée par la maison de production «Blimp tv».

Membre de l’équipe canadienne d’escrime en fauteuil roulant depuis plus d’un an, la jeune femme se réjouit de pouvoir «voyager par le sport». En 2018, elle a participé à des Coupes du monde sur le continent européen en Pologne, Italie, Hollande et Hongrie, atteignant le 25e rang mondial.

Un de ses entraîneurs, Benjamin Manano, a vanté les qualités de fonceuse de sa protégée à l’émission «Sports sans limite» diffusée par AMI-Télé en février 2018. «Camille a un caractère incroyable, elle n’abandonne jamais.» Pierre Minville, qui dirige ses entraînements d’épée et de préparation physique, en a rajouté : «Camille est en excellente forme physique et elle a une bonne tête sur les épaules.»

Chaque jour, l’athlète doit se rendre à son fauteuil roulant sur une seule jambe. «Avec une main, c’est un rituel mais ça prend deux fois plus de temps. J’ai une prothèse pour marcher mais pour l’escrime, je me relève pour aller dans mon fauteuil. On est à notre plus simple vulnérabilité pour se battre. On donne tout ce qu’on a avec les morceaux qui nous manquent. Il faut une acceptation de son corps pour aller là-dedans», conclut la courageuse sportive.

1
Commenter cet article

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Julie Langlois Recent comment authors
Julie Langlois
Invité
Julie Langlois

Bonjour monsieur Bourbonnais. Merci pour ce bel article. Je suis la mère de Camille et je suis moi-meme campivallensienne. Bonne journée! Julie Langlois