Florence Maheu qualifie le Canada en kayak féminin aux Jeux olympiques de Tokyo

Florence Maheu qualifie le Canada en kayak féminin aux Jeux olympiques de Tokyo
Florence Maheu permet au Canada d’envoyer un kayak féminin aux Jeux olympiques pour la première fois depuis 2008. (Photo : (Photo - Rebekka Anton))

Pour la première fois depuis 2008, une Canadienne pagaiera aux Jeux olympiques. Une place acquise grâce à la Campivallensienne Florence Maheu qui compte bien être la kayakiste qui méritera cette place à Tokyo en 2020.

«On a [le kayak féminin canadien] raté deux Jeux olympiques de suite en 2012 et 2016; je suis vraiment contente de ramener ma catégorie dans les Jeux olympiques», a révélé Florence Maheu rejointe au Japon où elle poursuit un camp d’entraînement.

La Campivallensienne a pagayé pour la première fois avec le Centre d’excellence d’eau vive de Valleyfield, devenu Kayak Valleyfield depuis, il y a 14 ans. C’est en 2008 qu’elle a commencé à caresser le rêve olympique. «Les olympiques de Beijing se déroulaient en même temps que les Championnats canadiens qui avaient lieu au Saguenay, se remémore-t-elle. C’est à ce moment que j’ai vu que c’était une possibilité. »

C’est à La Seu d’Urgell en Espagne que Maheu a réalisé la performance qui a qualifié le Canada. La kayakiste avait pris le 20e rang aux Championnats mondiaux. Toutefois, seules 18 nations étaient admises pour les olympique de 2020. Cependant, certains rivales devaient décider si elles participaient à l’épreuve de canoë ou de kayak à Tokyo. La redistribution des quotas à donc ouvert la voie au kayak féminin canadien. «On avait eu des échos de la Fédération internationale de canoë, mais quand la nouvelle est devenue officielle, j’étais super contente. »

À une victoire de Tokyo

Malgré tout, Florence Maheu n’a pas encore obtenu sa place à elle dans la délégation canadienne en vue des prochains Jeux olympiques. «J’ai obtenu une place pour le Canada et ça me donne un bonus, explique-t-elle. Il reste deux compétitions en Australie, à la fin du mois de janvier puis le mois suivant, qui serviront de sélection olympique. Pour mériter ma place, ça me prend une deuxième victoire; ma première a été acquise par ma performance aux championnats du monde. »

Dire que plus tôt cette saison, la Campivallensienne n’avait pas été admise sur l’équipe nationale. Malgré sa première place parmi les athlètes canadiennes, elle n’avait pas réussi le standard requis. «Ça été difficile au début, mais je me suis repris, indique-t-elle. Mon objectif était d’être prête pour les Championnats du monde sur un parcours que je connais bien et sur lequel je suis à l’aise. »

Après la compétition en Espagne, Maheu a mis le cap sur Tokyo. Elle a fait partie des athlètes qui ont pu tester le bassin qui accueillera les compétitions olympiques. «C’était vraiment le fun, assure-t-elle. Depuis les préliminaires, des ajustements ont eu lieu et le bassin est vraiment mieux et il continuera de s’améliorer d’ici à l’été prochain.

L’athlète de Valleyfield revient demain [samedi], du Japon et y retournera à la fin du mois. Elle se prépare évidemment pour les compétitions en Australie. D’ici là, il sera possible de la voir pagayer dans la rivière Saint-Charles, un endroit qu’elle apprécie.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des