En direct, Jérémie Poirier est tel qu’annoncé

Par Denis Bourbonnais
En direct, Jérémie Poirier est tel qu’annoncé
Le défenseur campivallensien Jérémie Poirier a étalé tout son talent lors de la victoire des Sea Dogs de Saint John (6-2) sur l’Armada de Blainville-Boisbriand, samedi, au Centre d’excellence Sports Rousseau. (Photo : (Photo : Journal Saint-François – Lucien Brault) )

HOCKEY JUNIOR.  Le «Journal Saint-François» a la chance de voir en action le défenseur campivallensien Jérémie Poirier ainsi que deux autres hockeyeurs de la région, Zachary Roy et Samuel Desgroseilliers, samedi, au Centre d’excellence Sports Rousseau à Boisbriand alors que les Sea Dogs de Saint John ont rendu visite à l’Armada.

Poirier et les Sea Dogs ont eu le meilleur sur la troupe dirigée par Bruce Richardson, l’emportant par la marque de 6-2 dans cette rencontre au cours de laquelle Jérémie Poirier a obtenu une passe sur le 2e but de son équipe, compté par Nicholas Deakin-Poot (8e) en première période.

Dans l’ensemble, le défenseur répertorié pour être choisi en première ronde lors du prochain repêchage de la Ligue Nationale de hockey a disputé un excellent match. En direct, le hockeyeur de 17 ans est tel qu’annoncé, avec des habiletés remarquables en tant que patineur, manieur de rondelle et possédant un puissant tir au but.

C’est d’ailleurs l’un de ses lancers, dévié par son coéquipier Nicholas Deakin-Poot, qui a trouvé le fond de la cage derrière le gardien Adam Olivier à 16:24 de la période initiale. Pour le reste, Poirier a égal à lui-même, transportant la rondelle à volonté, dansant sur la ligne bleue de l’opposition comme un funambule en équilibre sur un câble et constituant une menace offensive pendant la majorité de ses présences sur la glace.

«Ça va bien jusqu’à maintenant cette saison mais il faut continuer de travailler. Il n’y a jamais rien d’acquis», a indiqué au «Journal» l’athlète de 6 pieds (183 cm) et près de 200 livres (90 kg). «Chaque match est un combat en soi et présente sa part de défis», d’ajouter le patineur qui a affronté l’équipe nationale junior de la Russie à deux reprises, les 3 et 4 novembre, dans le cadre de la série pancanadienne CIBC.

«C’est certain que de te faire voir contre d’autres pays, c’est avantageux», reconnaît l’arrière-garde qui a orchestré le but de l’espoir des Penguins de Pittsburgh Nathan Légaré lors de la victoire de 4-3 d’Équipe Québec dans le second match de la série à Moncton (NB). «Nathan Légaré a fait mouche à la suite d’une passe parfaite et furtive de Jérémie Poirier», peut-on lire sur le site web de Hockey Canada.

Lors de l’entrevue d’après-match qu’il a accordée au «Journal Saint-François», Jérémie Poirier n’avait pas le sourire facile : son entraîneur Josh Dixon l’a laissé sur le banc en 3e période parce qu’il avait pris une mauvaise pénalité. (Photo: Lucien Brault)

Alors que le repêchage 2020 de la LNH pointe à l’horizon, Jérémie Poirier préfère ne pas trop penser au rêve qu’il devrait réaliser en juin prochain au Centre Bell à Montréal. Déjà contacté par certaines formations du circuit Bettman, le Campivallensien constate qu’il y a de l’intérêt pour lui mais il place le focus sur la présente campagne.

«Au quotidien, l’important c’est de te donner à fond et d’aider l’équipe à gagner», réaffirme le rouquin défenseur qui a récolté 7 buts et 10 passes pour 17 points en 20 parties avec les Sea Dogs jusqu’à présent. Poirier est donc déjà à 4 points d’égaler la production offensive de son année recrue, ayant totalisé 21 points en 61 parties durant la saison 2018-2019.

Cloué au banc

Jérémie Poirier est demeuré sur le banc des joueurs pour la majeure partie de la 3e période, samedi, contre l’Armada. Lors de l’entrevue d’après-match, l’auteur de ces lignes lui a demandé s’il avait subi une blessure et non, Poirier était en parfaite santé. Pourquoi donc avoir été laissé de côté par l’entraîneur-chef Josh Dixon?

En 2e période, Jérémie Poirier a bataillé pour la rondelle avec un autre hockeyeur de la région, Zachary Roy, de la municipalité Les Coteaux, qui s’affirme dans l’uniforme de l’Armada de Blainville-Boisbriand. (Photo: Lucien Brault)

«Le ‘’coach’’ ne m’a pas utilisé parce que j’ai pris une mauvaise punition en fin de 2e période», de répondre Jérémie, ce qui expliquait sa mine assez déconfite à sa sortie du vestiaire. Poirier a pris sa pilule et il a fait parler son talent le lendemain à Victoriaville face aux Tigres. Le «54» des Sea Dogs a marqué rien de moins que le but vainqueur en prolongation avec 25 secondes à jouer dans la période supplémentaire pour procurer une victoire de 3-2 à son équipe. Les spectateurs présents au Colisée Desjardins dans la ville des Bois-Francs ont pu entendre dans les minutes suivantes : la 2e étoile, the second star… Jérémie Poirier.

 

Du côté de l’Armada, qui n’a pas eu de veine face au gardien des Sea Dogs, Zachary Bouthillier, Zachary Roy de la municipalité Les Coteaux et Etienne Caron, ex-porte-couleurs des Braves Junior AAA de Valleyfield ont eu leur part de chances de marquer. Le défenseur Samuel Desgroseilliers a également disputé un bon match dans le camp de l’Armada. Le parcours de ces 3 joueurs cette saison fera l’objet d’un autre article à paraître sou peu.

Le défenseur Samuel Desgroseilliers tire son épingle du jeu à sa 2e saison avec l’Armada. (Photo: Lucien Brault)
Etienne Caron, qui a entamé sa carrière dans les rangs juniors avec les Braves de Valleyfield la saison dernière, tient son bout dans la LHJMQ avec l’Armada. (Photo: Lucien Brault)
L’ailier droit Zachary Roy de Les Coteaux marque sa part de buts avec l’Armada. (Photo: Lucien Brault)
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des