Éduc’alcool interpelle les autorités publiques

Éduc’alcool interpelle les autorités publiques
(Photo : Archives)

L’annulation, pour des raisons parfaitement justifiées, des services de raccompagnement de l’Opération Nez rouge entraîne des obligations additionnelles pour les autorités publiques selon Éduc’alcool.

Pour l’organisme d’éducation et de prévention, tant les entreprises de transport que les dirigeants politiques et policiers doivent prendre des mesures additionnelles pour compenser l’absence de ce service qui a su se rendre indispensable à la période des fêtes de Noël et du Nouvel An.

Rappelant que l’Opération Nez rouge avait effectué près de 70 000 raccompagnements l’an dernier et que ce nombre est en progression depuis trois décennies. Éduc’alcool estime que la date de l’annonce de la suspension de ses services donne amplement le temps aux autorités publiques et aux établissements licenciés de prévoir la mise en oeuvre de mesures compensatoires.

Augmentation des services

Parmi les moyens de prévention supplémentaires possibles, Éduc’alcool propose ceux-ci dessous.

Pour les sociétés de transports publics et les entreprises de taxis et de raccompagnement :
• Augmentation des heures d’exploitation ;
• Augmentation des fréquences de passage des autobus et des métros ;
• Augmentation du nombre de chauffeurs de taxi en devoir ;
• Promotion de ces moyens de transport en alternative à la conduite automobile.
Pour les autorités politiques et policières :
• Augmentation importante des contrôles routiers ;
• Augmentation des barrages pour intercepter les personnes au volant qui ne seraient pas en état de conduire.

« Les recherches ont clairement démontré que la crainte d’être épinglé en cas de non-respect de la loi est l’un des moyens les plus efficaces pour contrer la conduite avec les facultés affaiblies » a souligné Hubert Sacy, directeur général d’Éduc’alcool sur les deux derniers points.

Bien que les bars et les restaurants aient payé un lourd tribut économique à la pandémie, il importera qu’ils assument eux aussi leurs responsabilités sociales, dans la mesure où ils seraient autorisés à ouvrir leurs portes :

• Cessation de service aux clients qui auraient trop bu ;
• Mise à la disposition de leur clientèle des alcootests pour s’assurer qu’ils sont en état de conduire.

D’autres mesures devront aussi être prises par les Québécoises et les Québécois sur une base individuelle, les hôtes et les invités pouvant apporter leur contribution à la réduction de la conduite avec facultés affaiblies. Ces conseils seront émis notamment par Éduc’alcool plus près de la période des festivités, dans le cas où les rencontres seront permises.

« C’est par un effort collectif où chacun assume ses responsabilités et fait sa part que nous pourrons combler – au moins partiellement – l’énorme vide que laisse cette année l’Opération Nez rouge », a conclu Hubert Sacy.

(Source: Éduc’alcool)

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires