Des tonnes d’aliments récupérés et reconditionnés

Par Mario Pitre
Des tonnes d’aliments récupérés et reconditionnés
Olivier Lemieux de la Coop Jardins de la Résistance est l’un des producteurs qui contribue au projet. On l’aperçoit en compagnie de Cindy Soleil, de la Coop de solidarité Racines. (Photo : Journal Saint-François Pierre Langevin)

Mis de l’avant l’an dernier à titre de projet pilote, le projet «Récupérer, conditionner et transformer pour mieux manger» a été lancé officiellement le mardi 9 avril dans les nouveaux locaux de la Coop de solidarité Racines, au 2, rue Dalhousie.
Le projet permet de reconditionner annuellement quelque 10 000 kilos de fruits et légumes à l’apparence irrégulière, que Moisson Sud-Ouest récupère auprès des supermarchés ou des agriculteurs de la région, ou qui sont fournis directement par des agriculteurs.
Une fois reconditionnés par des jeunes en réinsertion sociale de la Coop de solidarité Racines, ces aliments frais retournent à la banque alimentaire Moisson-Sud-Ouest qui les redistribue dans les différents services d’aide alimentaire qu’elle dessert dans le Suroît. D’autres sont destinés à des cuisines collectives ou à l’école secondaire Arthur-Pigeon. On les retrouve transformés en fruits déshydratés, en muffins, gâteaux ou en divers formats de repas prêts à consommer.

Les aliments récupérés sont reconditionnés sous diverses formes au lieu de prendre le chemin du compostage ou du dépotoir. (Photo Journal Saint-François Pierre Langevin)

L’initiative collective favorise ainsi la réduction du gaspillage alimentaire et de l’enfouissement de matières organiques, en plus d’améliorer l’offre alimentaire en fruits et légumes. Il contribue aussi à améliorer les connaissances et à changer les comportements et les habitudes alimentaires.
Plusieurs représentants des partenaires ont eu l’occasion de prendre la parole lors de ce lancement. Issu du Plan d’action de la Table de concertation en sécurité alimentaire du Haut-Saint-Laurent, le projet a mis à contribution des organismes tels que La Bouffe Additionnelle, Moisson Sud-Ouest, la Coop de solidarité Racines, la Direction de la santé publique, le CISSSMO, la MRC du Haut-Saint-Laurent, de même que les écoles secondaires Arthur-Pigeon et Chateauguay Valley.
Geneviève Chénier, de la Direction de la santé publique, a salué la mise en place de ce projet en rappelant que le Haut-Saint-Laurent était la région de la Montérégie où les jeunes consomment le moins de fruits et légumes, sans compter ses impacts sur le transport et l’accessibilité à des aliments de qualité.
La présidente de la Coop de solidarité Racines, Nathalie Collin, a dit croire que d’ici trois ans, le projet permettra de récupérer 100% des aliments provenant de Moisson Sud-Ouest.

Nathalie Collin, présidente de la Coop de solidarité Racines, a présenté divers avantages que procure le projet «Récupérer, conditionner et transformer pour mieux manger». (Photo Journal Saint-François Pierre Langevin)

Le directeur général de la MRC du Haut-Saint-Laurent, Laurent Lampron, a indiqué que les aspects communautaire, de développement durable et d’économie sociale avaient rejoint les maires de la région. Le projet a été retenu en vue d’une aide provenant du Fonds d’appui pour le rayonnement des régions.
Outre Moisson Sud-Ouest, le projet peut aussi compter sur l’apport en fruits et légumes de plusieurs producteurs locaux, dont la Coop des Jardins de la Résistance, à Ormstown. Il peut aussi bénéficier durant la saison estivale d’une accessibilité aux cuisines et aux réfrigérateurs de l’école Arthur-Pigeon.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des