Des moyens de se battre en vue d’une deuxième vague

Par Yanick Michaud
Des moyens de se battre en vue d’une deuxième vague
Le ministre de la Santé Christian Dubé assure que Québec a appris de ses bons et moins bons coups, et qu’un plan est en place pour affronter et vaincre la deuxième vague. (Photo : Capture d'écran)

Québec entend mettre en place un plan comprenant neuf axes d’intervention au sein de son système de santé pour faire face à une éventuelle deuxième vague de la COVID-19.

Le ministre de la Santé Christian Dubé a dit que le gouvernement a appris de cette crise sans précédent. « Le Québec, comme le reste du monde a vécu une crise sans précédent. Nous avons dû faire preuve d’une grande résilience. Le personnel de la santé entre autres. Nous avons trouvé des solutions rapides, efficaces. Avons fait preuve d’adaptation », dit celui qui compare la situation à la construction d’un avion en plein vol.

« Toutefois, maintenant, nous vivons une certaine période d’accalmie. Nous avons encore des décès et le virus est encore là. Alors l’avion est atterri. Il faut le réparer et il devra redécoller. Parce que nous vivrons cette deuxième vague », plaide Christian Dubé, entouré de ses collègues Marguerite Blais et Lionel Carmant.

Nous avons tiré des leçons

Au cours des dernières semaines, les dirigeants ont tracé un bilan pour établir des solutions à mettre en œuvre pour la seconde vague. « Bien avant la pandémie, nous devions faire face à des défis dans le système de la santé. La main-d’œuvre, les infrastructures désuètes, la gouvernance peu définie. Il y avait plusieurs enjeux d’organisation, de logistique, de gouvernance. Nous avons maintenant appris de nos bons et moins bons coups », lance le ministre qui applaudit la mise sur pied de la formation des préposés aux bénéficiaires. « Huit mille personnes vont se joindre au réseau dès septembre. Et une seconde cohorte de 2000 se joindra à elle sous peu. Ce sont 10 000 préposés de plus », souligne Christian Dubé.

Des délais pour le dépistage

S’il se réjouit d’avoir atteint et dépassé l’objectif de 14 000 dépistages par jour, avec désormais 15 000 quotidiennement, il déplore les délais de réponse. « C’est encore trop long pour recevoir les résultats. Il faut améliorer le processus. On a amélioré le processus, mais on peut faire mieux », explique-t-il.

C’est la raison pour laquelle à la demande du premier ministre François Legault, on a mis en place un plan clair et mesurable qui doit être rodé pour la fin septembre.

« Un plan qui s’articulera autour de neuf axes d’intervention. Des solutions qui s’appliqueront à court terme. Nous voulons nous assurer que nous allons tout mettre en place pour nous protéger ensemble de la COVID-19. Et la battre ensemble », lance-t-il.

Neuf axes précis

Ainsi, Québec a identifié neuf axes d’intervention prioritaires visant à apporter des correctifs à court terme en prévision d’une deuxième vague de la COVID-19.

On mettra d’abord une emphase très importante sur le milieu de vie des aînés. On voudra mieux protéger ces personnes.

Il est aussi question de protéger les personnes vulnérables qui ont été particulièrement affectées pendant la première vague.

De même, la main-d’œuvre et la mobilité du personnel seront revues afin d’améliorer des processus qui ont fait défaut dans le premier assaut du coronavirus.

Le dépistage devra être plus fluide et les résultats devront être disponibles et divulgués plus rapidement.

Par ailleurs, on parle de gouvernance, de prévention, d’imputabilité, d’approvisionnement, mais aussi de communications. « Nous devrons avoir des gouvernances plus claires et agiles. Il y aura des gens imputables et responsables dans chaque endroit. Pour prévenir et gérer. Le premier ministre a passé une commande claire, pour ceux qui doutent de la rigueur de notre plan », conclut-il.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires