Des conditions idéales pour démarrer la saison de golf

Des conditions idéales pour démarrer la saison de golf
Les golfeurs ont le sourire. La saison n’a pas vraiment débuté en retard et les conditions seraient exceptionnelles pour la période de l’année.

«Fore»midable disent les golfeurs. Malgré un hiver rigoureux, les adeptes de golf ont entrepris leur saison sensiblement à la même date que l’an dernier. Ce qui est exceptionnel ce printemps, c’est la qualité affichée par les terrains ce printemps.

Tous les clubs de la région accueillent les joueurs depuis le 24 avril ou presque à l’exception du 18 trous de Saint-Zotique. Après un hiver qui n’en finissait plus, les golfeurs ont retrouvé le sourire.

«On essaie toujours de s’organiser pour ouvrir vers le 15 avril. En 2014, on avait ouvert le 29 avril, soit plus tardivement que cette année. Selon Michel Latulipe qui est professionnel ici depuis 25 ans, il s’agit des plus belles conditions de printemps jamais vues», mentionne Marco Angrignon, directeur général au Club de golf de Valleyfield.

Constat similaire pour Daniel Pilon des Clubs de golf Banlieue Ouest. «Les conditions sont surprenantes, très belles. Oui, il y a eu la rigueur de l’hiver, mais la glace est arrivée tard en janvier. Il y a eu un peu de dommage, mais rien de dramatique. »

Lundi, le mercure a grimpé tout près de 28 °C à Saint-Anicet. «On a commencé une semaine de retard en avril, mais avec des conditions en avance d’une semaine ou deux. Le scénario rêvé en mars par les golfeurs se réalise au bon moment. Quand tu joues avec tes bâtons de golf tôt dans la saison et qu’il y a de la pluie en avril, la <@Ri>balloune <@$p> se dégonfle. Partir la saison avec d’aussi bonnes conditions t’amène souvent à jouer plus de rondes dans ton année», indique Marc Faubert du Club de golf de Saint-Anicet.

Sylvain Millaire, préposé à la boutique du Club de golf d’Ormstown souligne que les golfeurs sont heureux quand les terrains ouvrent. «Mais ça prend du soleil et de la chaleur», résume-t-il. Propos corroborés par Luc Berthiaume du Club de golf Rivière Rouge. «Ça prend une bonne température tôt en saison. Plus tu joues, plus tu veux jouer. »

Combattre l’hiver

Au Québec, on n’échappe pas à la neige et froid qui caractérisent l’hiver. Les clubs de golf doivent donc user d’ingéniosité pour favoriser leur matière première : le gazon. «Le 25 février, on a soufflé tout nos verts disponibles. On a enlevé entre 12 et 20 pouces de neige. Les chauds rayons du soleil ont fait fondre le reste. Ça avait été fait il y a longtemps du temps de mon oncle. Ce sont des travaux délicats, mais on constate un impact positif», a mentionné Marc Faubert. Ce dernier rappelle que sa région est légèrement plus chaude, ce qui a comme effet d’augmenter la quantité de grésil.

Au Club de golf de Rivière Rouge, des toiles ont été installées sur les verts afin de les protéger. «Le début de saison, c’est beaucoup d’ouvrage, mais on se préparait déjà depuis un bon moment», souligne M. Berthiaume.

Neuf trous ont vu leur drainage travaillé en 2014 au Club de golf de Valleyfield. Les golfeurs y ont vu les avantages dès l’ouverture. Tellement qu’il a fallu arroser le 30 avril parce que les allées étaient trop sèches. «Les golfeurs sont contents. Les verts ont déjà la qualité que l’on retrouve habituellement en juillet», mentionne Marc Angrignon.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des