Des citoyens inquiets de la réouverture du Camping Lac des Pins

Des citoyens inquiets de la réouverture du Camping Lac des Pins
(Photo : (Photo - Archives))

La population située autour du Camping Lac des Pins double en période estivale. De quoi soulever des inquiétudes puisque plusieurs des campeurs proviennent de zones qualifiées chaudes de COVID. Une pétition qui demande d’empêcher la réouverture du camping situé à Saint-Antoine-Abbé a déjà récolté plus de 2150 signatures. 

«Il y a beaucoup de personnes qui sont inquiets, confirme Wendy Barrett-Stuart, instigatrice de la pétition. Plusieurs de ces résidents viennent de zones chaudes comme Montréal et Longueuil. Notre région compte très peu de cas. Les citoyens sont demeurés dans le coin; le plus loin qu’ils allaient était Valleyfield. »

Le Camping Lac des Pins compte 1200 emplacements; certains avancent que plusieurs dizaines de milliers de visiteurs vont sur le site chaque été. Un rassemblement social à grande échelle soutient l’instigatrice de la pétition.

«Pour nous, il n’y a aucune raison de courir de risques, soutient Mme Barrett-Stuart.  C’est trop tôt et trop vite. Nous aimerions avoir l’assurance que l’administration du camping va gérer l’endroit de façon sécuritaire pour ralentir la propagation. »

On soutient que l’Hôpital Barrie-Memorial ou les pharmacies de la région ne seraient pas en mesure de répondre à une demande accrue provoquée par une éclosion de COVID.

On partage le désarroi des Montréalais qui vivent souvent dans des endroits exigus sans balcon. Mais la situation est assez cruciale pour éviter d’ouvrir le camping. On craint que la distanciation sociale soit difficile à faire respecter alors que les terrains sont près les uns des autres.

Dans l’hebdomadaire The Gleaner, la Dre Catherine Bélanger a expliqué que la réouverture des campings allait être surveillée de près. «Nous voulons être proactifs pour nous assurer que les gens qui sont là [les campeurs] savent comment accéder aux services de santé ici. »

La pétition, qui sera adressée à la député de Huntingdon, Claire IsaBelle, demandera qu’il y ait un plan sécuritaire et effectif pour protéger la communauté.

Risque d’expulsion

Nancy Rochefort, propriétaire du Camping Lac des Pins, a réagi à l’émission de la pétition par voir de courriel. « Nous sommes très conscient du virus et ne voulons pas du tout infecter qui que ce soit, écrit-elle. Les campeurs auront a signer une feuille des règlements pour la distanciation. S’ils ne suivent pas les règlements, ils devront quitter le camping.»

Si l’endroit avait la possibilité d’ouvrir le 1er juin, elle a retardé l’admission des campeurs saisonniers au 12 juin. Les visiteurs d’une journée ne seront pas admis. Les saisonniers auront aussi le choix de ne pas venir cet été pour revenir seulement en 2021. Pour le moment les voyageurs ne seront pas admis non plus.

«Les campeurs doivent faire leurs achats dans leur municipalité avant d’arriver au camping, ajoute Mme Rochefort. S’ils ont des symptômes de grippe ils doivent quitter immédiatement et se rendre a leur domicile principal. Donc il n’y aura pas d’engorgement ni a l’hôpital, pharmacie etc.»

Des plexiglass seront installés au restaurant qui n’offriront que des commandes pour emporter. Des affiches, collants, plexiglass, lavabo et désinfectant pour tous seront installés sur le site. Les employés porteront un masque ou une visière, des gants et utiliseront du désinfectant.

La propriétaire du camping a aussi partagé le guide de Camping Québec avec les recommandations pour l’été 2020.

 

 


			
Partager cet article

8
Laisser un commentaire

avatar
5 Comment threads
3 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
8 Comment authors
CarolRolandMarcel jrMarioLuce Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Me notifier des
Karine
Guest
Karine

Personnellement je troive ça précipiter de meme pas laisser la chance au propriétaire du camping de montrer leurs bonne volonté quils sont deja attaqué….bien beau pointé montreal du doigts mais la pendemie et mondial donc n importe qui pourrais l amener au camping…zone chaude ne veux pas dire inconscient non plus…

Levesque Monique
Guest
Levesque Monique

Vous avez bien raison Karine, les gens sont en train de devenir fou.

Luce
Guest
Luce

Bien dit Karine.
L’administration du Camping Lac des Pins fe4a certainement TOUT en son pouvoir pour voir à faire respecter les consignes.

JP
Guest
JP

Les gens doivent normalement arriver avec leurs victuailles et effets personnels. Si besoin d’acheter quelque chose de plus, il doit sûrement y avoir possibilité de commander chez les marchands du coin et se faire livrer la marchandise au camping. Cette mesure devrait être prise par les commerces du secteur si ce n’est déjà fait! Une bonne opportunité pour eux de continuer à faire des affaires en ces temps difficiles….

Marcel jr
Guest
Marcel jr

Si la dame qui a parti la pétition a peur du covid-19, elle n’est pas obligé d’aller au camping, wlle peut rester chez elle

Mario
Guest
Mario

Laisser la chance les gens ont beaucoup trop peur les media et le gouvernement.noùs ont lavé les cerveau maintenant laver nos distanciation porter un masque je pense qu’on a compris maintenant vivons un peu de grâce la vis est belle!!

Roland
Guest
Roland

A quand le monde vont arreter de Capoté a un moment donner le monde vont surement arreter de viré fou sur cette pandemie arreter de cataloguer les gens ce sont eux qui sont moins en danger qui font le plus de niaiserie partout et qui ce fout du monde comme Karine dit ces mondial alors vivre et laisser vivre

Carol
Guest
Carol

Vous ne semblez pas comprendre que la population s’inquiète pour les visites que ces campeurs feront dans tous nos petits commerces. Ils n’ont rien contre camping lac des pins directement. Vous ne pensez quand même pas que tous ces campeurs saisonniers iront dans leur région pour leurs achats. Nous sommes déjà dans une longue file pour nos épiceries , préparez vous à attendre d’avantage et cela avec des gens venant sûrement de zones chaudes. Il faut quand même être réaliste les amis…
Même les médecins de la région sont inquiets je crois.