Élections provinciales 2022
Actualités
Politique

Des affiches électorales vandalisées dans la région

le vendredi 02 septembre 2022
Modifié à 10 h 14 min le 02 septembre 2022
Par Eric Tremblay

etremblay@gravitemedia.com

À l’instar d’autres candidats au Québec, la députée sortante du comté de Soulanges, Marilyne Picard, a vu de ses affiches électorales être vandalisées. (Photo : Facebook - Marilyne Picard)

La vague de méfaits qui accompagne les élections au Québec a aussi fait des victimes dans la région.

«Ici on a des raisons de croire que c’est vraiment vraiment une personne qui a décidé de couper la pancarte avec un exacto et de l’arracher, a diffusé sur TikTok la candidate de Québec solidaire dans Beauharnois, Émilie Poirier. Je ne pensais pas qu’on était dans une cour d’école de secondaire. Je pensais qu’on se lançait en politique pour élever le débat.»

L’aspirante députée a trouvé étrange que les pancartes de deux rivaux qui se trouvaient derrière sur le boulevard Mgr-Langlois avaient évité ce genre d’intimidation [bullying].

Mme Poirier a lancé un appel aux artistes pour remplir le cadre laissé vide.

Dans Soulanges, la députée sortante Marilyne Picard a déploré du vandalisme sur ses affiches. Sur une photo diffusée sur Facebook, on aperçoit de ses affiches, ainsi que celle de sa rivale du Parti libéral, Catherine St-Amour, abîmées par des graffitis ou arrachées. 

«Se lancer en politique nécessité beaucoup de courage, annonce Mme Picard. Au-delà de la partisanerie, respectons les candidats et les opinions de tous. Nous pouvons exprimer notre opinion en exerçant notre droit de vote et non en vandalisant des pancartes.»

La tension se transpose également sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, Claude Reid, caquiste sortant dans Beauharnois a reçu sa part de commentaires désobligeants après avoir annoncé qu'il était officiellement candidat.

L’économie au menu

Dans Beauharnois, l’économie était le sujet mis de l’avant par certains candidats. Pour l’un, Claude Reid, député sortant de la Coalition Avenir Québec, a défendu le bouclier anti-inflation mis de l’avant par son parti. Celui-ci statut que l’aide financière aux aînés passera de 411 $ à 2000 $ par année.

«Une des mesures phares de notre bouclier anti-inflation pour répondre aux besoins des aînés de chez nous, indique-t-il. À cela s’ajoutent les trois autres mesures qui composent ce bouclier anti-inflation, soit une baisse d’impôt responsable, le versement d’une seconde aide directe pour 6,4 millions de Québécois et un plafonnement des tarifs gouvernementaux qui, viendront aider concrètement les citoyens. »

Son adversaire du Parti québécois, Claudine Desforges, suggère la création de l’allocation pouvoir d’achat.

«Ce n’est pas parce que nous refusons de baisser les impôts et les taxes que nous sommes insensibles à ce que vivent de nombreux Québécois souligne-t-elle. Mais, de notre point de vue, nous devons aider les gens de manière ciblée, soutenir celles et ceux qui en ont réellement besoin. C’est pourquoi nous allons créer l’allocation pouvoir d’achat pour les gens qui gagnent moins de 80 000 $. Ce sont les aînés et la vaste majorité des travailleurs qui en bénéficieront. Nous allons aussi doubler le crédit de solidarité, ce qui permettra de remettre plus de 2000 $ dans les poches des familles les moins bien nanties. »

Dernières nouvelles