Actualités

De la fumée pour empêcher les fraisiers de geler

le mercredi 13 mai 2020
Modifié à 16 h 45 min le 14 mai 2020
Par Eric Tremblay

etremblay@gravitemedia.com

Les nuits sont fraîches au mois de mai. Rien pour favoriser les agriculteurs. Alexandre Sauvé a même travaillé de nuit pour combattre le gel et protéger les fraises à la Ferme Hubert Sauvé. «Je me suis levé à 2 h du matin et j'ai allumé des ballots de foin à 4 h. La fumée diffusée empêche le gel au sol dans le champ de fraises, explique Alexandre Sauvé. Nous étions quatre ou cinq pour surveiller les feux et arroser les ballots pour faire de la fumée. Je ne sais pas si ça a fonctionné; ça marche mieux quand il n'y a pas de vent. » À un certain moment, le mercure a chuté à -3 °C à l'aurore le 13 mai. La technique appliquée à la Ferme Hubert Sauvé ne se fait pas régulièrement. Le producteur mentionne qu'il s'agit d'une pratique qui se fait ailleurs, notamment dans sa famille à Coteau-du-Lac qui produit des choux. «Ce qui est trompeur cette année c'est que le printemps a commencé tôt mais qu'il s'étire, rappelle le producteur. Il n'y a plus de neige depuis le mois de mars et sous les toiles, il fait chaud, parfois jusqu'à 20 °C. Je m'enlignais pour des fraises à la fin du mois de mai, là je ne sais pas. » Ce qui ne veut pas dire que la fraise sera moins bonne le temps venu de la cueillette. Quant aux pommiers, ils ne sont pas en fleurs actuellement. Les bourgeons peuvent supporter une température aussi basse que -5 °C si bien que M. Sauvé n'entrevoyait pas de dommage. Retour à l'achat local Cet hiver, à la ferme située sur le rang du Milieu à Valleyfield, on a installé des serres. «Habituellement je faisais partir mes plants de tomates aux Serres Lefort à Sainte-Clotilde, mais il y a eu une rumeur de faillite, indique Alexandre Sauvé. L'entreprise a été rachetée, mais j'avais déjà acquis mes serres. » Il assurera donc une production de tomates et concombre directement à ses installations. M. Sauvé constate que les gens recherchent une variété de produits frais au même endroit. Comme à la belle époque, avant que les productions ne se spécialisent en un seul secteur. Il voit d'un bon oeil le retour à l'achat local en alimentation, une production saine qui fait rouler l'économie d'ici.  

Dernières nouvelles