Environnement

Comment éviter l’infraction lors du traitement de la pelouse?

vendredi le 21 mai 2021
Modifié à 13 h 53 min le 21 mai 2021
Par Yanick Michaud
La Ville de Salaberry-de-Valleyfield appelle les citoyens, qui font traiter leur pelouse, avec engrais et pesticides, ou arroser leur maison contre les araignées. Ils doivent s’assurer que l’entrepreneur sollicité possède un certificat d’enregistrement de la Ville. Car l’usage de tous les pesticides de synthèse en zone urbanisée et résidentielle est interdit. Bien que seuls les pesticides à faible impact soient permis en zone urbaine, la Ville rappelle que leur usage est une « fausse bonne idée ». Elle devrait être réservé aux rares cas d’infestation. Elle recommande de renoncer aux traitements en optant pour l’écopelouse : la meilleure alternative pour un gazon résilient au service de la biodiversité. L’Escouade verte de la Ville offre des conseils lors de rendez-vous gratuits à domicile. Elle divulgue aussi de l’information, disponible sur son site Web en lien avec les bonnes pratiques.

Traitement de pelouse

Pour ne pas être en infraction avec le Règlement 222, les clients doivent s’assurer que l’entrepreneur possède un certificat d’enregistrement de la Ville, en consultant la liste sur le site Web de la Ville ou en contactant le Service des requêtes. Les Campivallensiens, qui ont recours à des entreprises pour l’entretien de leur pelouse, sont aussi encouragés à poser des questions sur les produits qui seront appliqués et sur leur nécessité.

Escouade verte et conseils gratuits à domicile

L’Escouade verte, qui se compose d’étudiants spécialisés dans le domaine de l’horticulture et de la biologie, accompagne gratuitement les citoyens dans la transition de la pelouse de monoculture vers la pelouse naturelle et diversifiée (résiliente). L’escouade renseigne aussi sur l’utilisation de certains produits, sur les plantes indigènes, les espèces envahissantes ou nuisibles, le compostage domestique, l’application des règlements d’arrosage et de pesticides, les vers blancs, l’herbe à poux ou tout autre renseignement en lien avec la biodiversité. Pour un rendez-vous : 450 370-4820.

Écopelouse

Si la pelouse de monoculture homogène correspond aux critères esthétiques longtemps promus, c’est pourtant une pelouse fragile qui a besoin de traitements (engrais et pesticides) pour survivre. Au contraire, la pelouse diversifiée, qui compte des espèces végétales variées et complémentaires nécessite très peu d’entretien. « À moins d’un usage sportif, c’est un gaspillage de ne pas faire de notre gazon une maille du filet vert de la biodiversité locale et un site nourricier pour les pollinisateurs, qui permet aux fruits et légumes de pousser. Mis bout à bout, les espaces gazonnés représentent des millions de mètres carrés d’espace vert qui ne jouent pas leur plein rôle écosystémique, mais que nous pouvons, chacun à notre niveau, rendre performants et utiles au profit de notre environnement et de notre qualité de vie », explique Marie-Lou Lacasse, conseillère au Service de l’environnement. « Cette réflexion doit aussi nous conduire à repenser nos plates-bandes en favorisant les plantes indigènes (min. 70 %), car leur valeur dans l'écosystème est considérablement plus importante. Elles sont utiles, belles et coûtent bien moins cher! » Conseils et suggestions pour la pelouse et les plates-bandes sur le site Web de la Ville : ville.valleyfield.qc.ca/ecopelouse.

Une lutte majeure contre les pesticides

Par ses efforts et son assiduité, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield mène une lutte majeure contre l’application des pesticides depuis dix ans : règlementation, équipe dédiée, campagnes de sensibilisation, prélèvements d’échantillons pour contrôle, émissions de constats d’infraction et actions judiciaires avec l’appui d’experts externes. Cette année encore, l’Escouade verte patrouille à temps plein et réalise des prélèvements pour veiller à l’application de la règlementation et pour assurer la sécurité des Campivallensiens et de leur environnement. La Ville rappelle à ses citoyens que tous les pesticides (insecticides, herbicides, fongicides, etc.), même à faible impact, sont nocifs et ne devraient être utilisés qu’en dernier recours. Ils entraînent la contamination de l’eau, de l’air et du sol, mais ont surtout un impact certain sur la santé de tous à court, moyen et long terme. Leur utilisation est donc loin d’être inoffensive. Information : ville.valleyfield.qc.ca/pesticides.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous

Dernières nouvelles