culture
Société

Ces paysages qui nous habitent : un projet rassembleur

samedi le 22 mai 2021
Modifié à 11 h 33 min le 19 mai 2021
Par Yanick Michaud
La MRC de Beauharnois-Salaberry et le Conseil des arts et de la culture de Vaudreuil-Soulanges sont à la recherche de citoyens pour participer au projet « Ces paysages qui nous habitent ». ​« Dans le contexte actuel, on peut observer à quel point l’accès aux parcs et à la nature s’est avéré essentiel. Dans l’impossibilité de se déplacer, nous avons aussi appris à redécouvrir les espaces près de nous, accessibles dans notre quotidien. Alors que les activités collectives et culturelles sont mises sur pause et que l’on nous invite de plus en plus à migrer vers les écrans, nous invitons les citoyens à tisser des liens avec des paysages, bien souvent guérisseurs, qui les habitent et à partager cette vision avec une artiste afin de créer une œuvre collaborative », invitent les instigateurs.

​Déroulement du projet

Le citoyen sélectionné sera invité à partager avec l’artiste Campivallensienne Audrey Sambeau, le paysage de son choix au cours d’une rencontre, sur rendez-vous, en un lieu extérieur public, qui correspond à un paysage significatif pour lui sur le territoire de la MRC partenaire. Le citoyen sera amené à parler de ce paysage. Des sensations qu’il lui procure, de la fréquence à laquelle il s’y rend, des raisons pour lesquels il le fait, s’il s’y rend davantage seul ou accompagné, s’il lui fait penser à d’autres paysages, si oui lesquels, et plus encore. L’artiste et le citoyen discuteront, mais prendront aussi le temps d’observer et de sentir. À la fin de la rencontre, le citoyen recevra le matériel ainsi que quelques consignes écrites simples pour réaliser une création. On parle de photo, dessin, poésie ou autre, inspirée de ce paysage et de son échange avec Audrey Sambeau. Il sera ensuite invité à retourner le tout à l’artiste, par la poste, dans une enveloppe préaffranchie reçue lors de la rencontre. À la suite de ce rendez-vous, la polyvalente artiste Audrey Sambeau réalisera également une œuvre, inspirée du paysage raconté, qui sera ajoutée en transparence à l’œuvre du citoyen. Superposées, l’œuvre de l’artiste et celle du citoyen donnent ainsi une lecture croisée du paysage. Les œuvres combinées seront exposées sur le territoire des deux MRC avant d’être remises aux citoyens afin de leur restituer les paysages qui les habitent et en guise de remerciement pour leur participation.

Comment et quand participer ?

Quelques dates sont déjà prévues pour la tenue des rencontres. Dans Beauharnois-Salaberry, il sera possible de prendre rendez-vous le 24 mai à Salaberry-de-Valleyfield, le 29 à Beauharnois et Saint-Étienne-de-Beauharnois et le 30 mai à Saint-Urbain-Premier ainsi que Sainte-Martine. Dans Vaudreuil-Soulanges, on pourra se rencontrer le 22 mai à Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, L’Île-Perrot, Pincourt et Terrasse-Vaudreuil, le 23 à Vaudreuil-Dorion, Vaudreuil-sur-le-Lac, L’Île-Cadieux et Hudson, le 24 mai à Saint-Lazare, Rigaud, Pointe-Fortune et Très-Saint-Rédempteur, ainsi que le 5 juin à Pointe-des-Cascades, Les Cèdres, Saint-Clet, Sainte-Marthe et enfin le 6 juin à Coteau-du-Lac, Les Coteaux, Saint-Zotique, Saint-Polycarpe et Rivière-Beaudette. Pour participer à ce projet, il faut s’inscrire par courriel en mentionnant son nom, courriel et numéro de téléphone et le lieu de rencontre précis auprès de Catherine Parent, coordonnatrice du développement culturel. On peut le faire au c.parent@mrcbhs.ca pour le territoire de Beauharnois-Salaberry et auprès de Karina De Nobriga, coordonnatrice CACVS au kdenobriga@cacvs.ca pour le territoire de Vaudreuil-Soulanges. Une confirmation de la date et de l’heure de rencontre sera transmise. L’artiste communiquera avec la personne sélectionnée jours avant la rencontre afin de confirmer celle-ci.

​À propos d’Audrey Sambeau

​Dans ses projets multidisciplinaires, Audrey Sambeau s’intéresse à la façon dont le territoire et l’environnement habitent les gens et contribuent à façonner leur identité et leur vision du monde. Elle scrute les habitats, intérieurs et extérieurs. À l’ère de la technologie triomphante, elle aspire à créer des occasions et des espaces où les utilisateurs puissent se déconnecter et se reconnecter entre eux, avec leur environnement et avec les matières brutes. L’objectif est que ces espaces ou œuvres favorisent leur bien-être, poétisent leur quotidien et développent leur attention au monde. Les tentatives sont souvent contemplatives. Originaire de Salaberry-de-Valleyfield, elle n’a jamais su s’éloigner trop longtemps d’une rive.

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous