Casseux de pacte

Par Mario Pitre
Casseux de pacte

J’ai été parmi les premiers à signer le fameux Pacte en faveur de l’environnement. Parce que je trouvais que l’idée était bonne, tout simplement. Mais il y en aura toujours pour mettre du plomb dans l’aile d’une bonne idée.
Cette initiative lancée récemment par une pléiade d’artistes, de scientifiques ou d’autres personnes provenant diverses sphères d’activité m’a tout de suite interpellé; parce qu‘il y a urgence en la demeure planétaire. C’est simple : s’engager, à la mesure de ses propres capacités, à faire un pas en avant en faveur de l’environnement. Comme plusieurs, j’ai une voiture à essence, je roule quotidiennement 30 km aller-retour pour me rendre au travail, je mange de la viande et j’achète des produits souvent hyper-emballés. Par contre, je tends à m’améliorer, comme vous sans doute, car je sais qu’on ne peut éternellement et collectivement continuer à consommer au même rythme et contribuer à réchauffer la planète.
En voyant le lancement de ce Pacte, je me dis qu’enfin, des gens se lèvent, décident de se serrer les coudes pour une même cause. C’est rare aujourd’hui des causes qui unissent les gens. Ce serait plutôt le contraire. À l’heure des médias sociaux, des chroniqueurs qui inondent les médias, tous et chacun se targue de détenir le monopole de la vérité. La critique, voire le «bitchage» est facile lorsqu’on dispose d’une tribune dans un blogue, un page Spotted ou pour commenter les nouvelles publiées sur les pages Facebook d’un média. Vous avez lu cette aventure d’Astérix intitulée La Zizanie ?
Comme journaliste, j’ai appris à conjuguer avec la critique, même si bien souvent, elle vise à tort le messager plutôt que le sujet comme tel. C’est aussi ce qui arrive avec le Pacte, pour lequel plusieurs commentateurs s’attardent à critiquer les «parvenus du Plateau» qui font un spectacle de leur engagement ou encore des personnalités riches à craquer, au lieu de s’engager pour la cause, celle de la survie de notre planète.
Pour moi, le Pacte devrait être un outil pour unir les gens plutôt que de les diviser, mais surtout démontrer aux dirigeants de ce monde que le simple citoyen est prêt à faire sa part si des mesures plus globales sont mises de l’avant. Car on s’entend pour dire que les gouvernements et les grandes entreprises peuvent avoir un impact beaucoup plus important sur l’environnement que le simple petit moi.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
3 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Yves Gosselin
Yves Gosselin
2 années

Bonjour Mario.

Je suis d’accord avec vous que l’idée est bonne à sa base. Cependant, je crois que les gens qui la portent ne sont pas crédibles par leurs comportements. C’est à mon avis ce que les chroniqueurs ont fait valoir dans leurs écrits.

La réaction du public qui se sent floué dans le processus s’inscrit dans cette profonde mouvance populiste qui déferle un peu partout sur la planète. Le public qui est aussi électeur, questionne la cohérence de ces « directeurs de conscience » de ces « curés » qui veulent leur dire quoi faire.

Je n’ai pas signé le pacte et je ne le signerai pas même si je trouve important cette démarche. Signer un tel pacte équivaut selon moi à déléguer un pouvoir de représentation à des gens qui ne sont pas crédibles pour moi. D’ailleurs, beaucoup de gens autour de moi ont signé comme vous, avec empressement et honnêteté. Plusieurs réalisent maintenant la portée de cette signature.

Je termine en vous invitant, vous et vos lecteurs, à méditer sur cette citation du biologiste René Dubos au premier sommet de l’environnement en 1972 : « Penser global, agir local »

Le « simple petit moi » est beaucoup plus puissant que vous l’affirmez. Et on s’entend aussi pour dire que gouvernements et entreprises sont généralement à la remorque des courants sociaux plutôt que la locomotive.

À bon entendeur salut!

Yves gosselin

Roger
Roger
1 année

Je partage le pont de vue de Yves Gosselin Je ne signerai pas ce pacte, car je n’ai pas besoin de mettre mon nom sur une publication pour comprendre et appliquer l’importance de faire ce que l’on peut tous et chacun c’est comme les bonnes résolutions de Noël Ben oui Ben Oui pi après il arrive quoi ??? Le show off est-il vraiment nécessaire le preaching de D Champagne Pourquoi ? pourtant avant de tenter de culpabiliser les gens il y a tellement a faire sur des généralité de base Exemple Au québec il est interdit de tourner au feu rouge (le temps d’attente inutile X nombre de véhicule génère des extra de GES à la tonnes ) pi vous aller venir me gosser avec mon démarreur a distance ma viande et la gestion de ma consommation Plus de 180,000 autos sont pris dans les congestions chaque matins a rouler sur place allons nous prendre action sur ces générateur de GES ??? Ben non il ne faut pas agrandir les infra-structures selon QS Même sil toutes les autos étaient électriques y a tu des épais qui pense que ça va débloquer les congestions de la circulation électrique ou pas il y aura de plus en plus d’autos On grossira les batteries pour te permettre d’attendre encore plus longtemps dans les congestion sans gelé Bon courage avec votre pacte…

Gérard Murray
Gérard Murray
1 année

Le but du Pacte est plutôt de dire a la population « Il y a urgence, est-ce que ça vous tente de faire quelque chose avant qu’il ne sois trop tard » pour créer un effet d’entrainement. Ceux qui critiquent tire sur le messager sans avoir vraiment lu le message. Il y a URGENCE et nous pendant ce temps on juge notre voisin au lieu d’agir. Les changement d’habitude nous font peur et ceux qui nous demandent de faire ces changements nous font peur eux aussi. Personnellement les changements climatiques m’effraient plus que D. Champagne. Si chacun y met du sien en changeant ses habitudes de consommation les industries suivront car elles cherchent le profit la ou il est . Si il y a une demande pour les transport en commun ne craignez pas pour la fabrication d’autobus confortables et efficaces. Si on se mettait a manger plus de légumes et moins de viande il y aura toujours quelqu’un pour changer sa production en ce sens. Sortir de sa zone de confort est déstabilisant mais, quelle satisfaction quand on découvre autre chose.