Benjamin Soucy pourrait être déclaré délinquant dangereux

Par Steve Sauvé
Benjamin Soucy pourrait être déclaré délinquant dangereux
Le procureur Pierre-Olivier Gagnon n’a pas hésité à qualifier le crime de Benjamin Soucy de gratuit et de répugnant.

Incarcéré pour une période de 10 ans et en attente d’une autre sentence, Benjamin Soucy doit se soumettre à une évaluation psychiatrique à l’institut Philippe-Pinel. La couronne souhaite que le multirécidiviste soit déclaré délinquant dangereux ou délinquant à contrôler.

C’est le mercredi 10 février que le procureur Pierre-Olivier Gagnon a déposé cette requête au tribunal, en expliquant que Soucy a déjà purgé plusieurs sentences et que celles-ci n’ont eu aucune conséquence sur ce dernier.

En décembre 2014, Benjamin Soucy a été reconnu coupable de complot, de trois vols qualifiés avec une arme à feu prohibée, de vol de véhicule, de possession de cocaïne en vue d’en faire le trafic,  de possession de méthamphétamine en vue d’en faire le trafic, de possession de cannabis en vue d’en faire le trafic, de voie de fait armée, de possession d’une arme dans un dessein dangereux pour la paix publique et d’avoir fabriqué de la monnaie contrefaite.

Il est également en attente d’une autre sentence puisqu’il a été reconnu coupable de complot pour commettre un vol qualifié, vol qualifié et voies de fait graves en novembre 2015. Sa future peine s’ajoutera à la première.

S’il est déclaré délinquant dangereux par le tribunal, l’avenir de Benjamin Soucy pourrait s’avérer sombre. Le tribunal pourrait lui imposer une peine de détention dans un pénitencier pour une période indéterminée.

«L’évaluation vise à établir le risque de dangerosité de Benjamin Soucy face aux risques de récidive. S’il n’est pas reconnu délinquant dangereux, il pourrait aussi être déclaré délinquant à contrôler», fait savoir Me Gagnon.

La désignation de délinquant à contrôler vise les individus reconnus coupables de «sévices graves à la personne» qui, au vu des éléments de preuve, sont susceptibles de récidiver. Les délinquants qui peuvent être gérés par une peine régulière, suivie d’une période donnée de surveillance fédérale dans la collectivité, peuvent être désignés délinquants à contrôler, ce qui peut entraîner une surveillance pendant une période pouvant atteindre jusqu’à 10 ans. 

Benjamin Soucy doit revenir devant le tribunal le mardi 15 mars pour connaître la conclusion de l’évaluation et par la même occasion, recevoir une nouvelle sentence.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires