Baisse drastique de l’achalandage dans les autobus

Par Valérie Lessard
Baisse drastique de l’achalandage dans les autobus
(Photo : (Photo Journal Saint-François - Michel Thibault))

Le confinement et la pandémie de COVID-19 ont eu pour effet de vider les autobus dans la région. L’achalandage a baissé de 90 % ce printemps comparativement à 2019, révèlent les données d’exo, l’organisme qui gère le transport en commun dans le secteur.

Il suffit de jeter un œil au stationnement incitatif de Châteauguay qui compte 535 places disponibles pour voir que quelques-unes seulement sont occupées. Avant la pandémie, ce dernier était toujours plein pendant la semaine.

À l’instar des autres sociétés de transport de la province, exo a connu une baisse d’achalandage de 43 % en mars pour le secteur du Sud-Ouest qui offre les trajets entre Valleyfield, Beauharnois, Châteauguay et Montréal. En avril, l’achalandage a chuté de 90 % et en mai de 85 %.

Dans le Haut-Saint-Laurent, qui dessert les villes de Mercier, Sainte-Martine, Howick et Ormstown, les données sont similaires. On parle d’une baisse de 48 % en mars, et 92 % en avril et mai. Exo ne voit pas une grande amélioration avec les mesures récentes de déconfinement. «Sachant qu’exo transporte majoritairement des travailleurs vers le centre-ville et des étudiants, la reprise économique n’est pas, pour l’instant, signe d’une augmentation significative de l’achalandage», indique Maxine Kelly-Richard, coordonnatrice-Relations avec les communautés chez exo.

L’organisme a mis en place un horaire d’été depuis le 22 juin dans le but de diminuer les frais d’exploitation. L’horaire pourrait être modifié si l’achalandage augmentait significativement, précise Mme Kelly-Richard.

Convaincre les usagers d’embarquer à nouveau

Exo dit avoir mis plusieurs mesures en place pour assurer la sécurité de ses usagers. Des parois protectrices en plexiglas ont été ajoutées dans les autobus. La flotte de bus et de trains est nettoyée quotidiennement. «Une attention particulière est portée aux surfaces les plus touchées par la clientèle, notamment les barres d’appui, les poignées, les sièges, les boutons d’ouverture des portes, et les toilettes à bord des trains, souligne la coordonnatrice d’exo. Des distributeurs de désinfectant pour les mains ont aussi été installés dans plusieurs terminus, gares et stationnements incitatifs du territoire. «La situation actuelle vient avec son lot d’incertitudes. Il faudra convaincre les gens de revenir dans le transport collectif. De notre côté, nous faisons tout pour que ce soit un environnement sécuritaire», mentionne Maxine Kelly-Richard.

À partir du 13 juillet, le port du couvre-visage sera obligatoire dans tous les transports en commun de la province pour les personnes de 12 ans et plus.

À lire aussi: 

Couvre-visage obligatoire dans les transports en commun

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des