Application de traçage des cas de COVID-19: Québec lance une consultation publique

Par Geneviève Michaud
Application de traçage des cas de COVID-19: Québec lance une consultation publique
(Photo : Capture d'écran)

La participation de la population étant essentielle au succès d’une application numérique de traçage des cas de COVID-19, le gouvernement a lancé ce matin une vaste consultation publique pour prendre le pouls des Québécois sur la question.

«Toutes les options pour lutter contre le virus doivent faire partie de la solution», a lancé d’entrée de jeu le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale Éric Caire, en point de presse mardi matin.

Le déploiement d’une application de traçage des cas, comme celle annoncée par Ottawa à la mi-juin, fait partie de ces options.

«Mais une telle application ne peut être efficace sans une participation significative de la population, a poursuivi le ministre. C’est pourquoi dès aujourd’hui et jusqu’au 2 août, le gouvernement lance une consultation publique numérique sur le sujet.»

Disponible sur la plateforme consultation.quebec.ca, la consultation comprend une dizaine de questions et a pour objectif de vérifier l’intérêt des Québécois à télécharger et utiliser l’application, mais aussi de leur permettre d’exprimer leurs craintes et leurs inquiétudes.

Selon le ministre, le Québec est la première province, et même «une des premières juridictions dans le monde», qui consulte sa population avant de déployer un tel outil.

Protéger la vie privée

«Il est clair dans notre esprit qu’une telle application doit exclure toute forme de géolocalisation, d’utilisation de marqueurs biométriques et de stockage de données, a ajouté Éric Caire. Ce que nous souhaitons, c’est préserver la vie privée des Québécois et protéger leurs renseignements personnels tout en déployant une application qui pourrait s’avérer utile à la protection de notre population et à la lutte contre la pandémie.»

Le ministre a précisé que c’est grâce à la technologie Bluetooth que l’application pourra vérifier les contacts entre personnes, et non par géolocalisation.

Échéancier

Une fois la consultation terminée, le gouvernement prévoit qu’environ 4 à 6 semaines seront nécessaires avant de pouvoir déployer l’application.

«On parle de 4 à 6 semaines pour adapter la solution à la réalité québécoise et la déployer de façon sécuritaire, incluant de 5 à 10 jours de tests par le centre gouvernemental de cyberdéfense pour s’assurer du haut niveau de sécurité.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des