Actualités
culture

Andie Therio frappe fort avec son premier extrait Good Memories

vendredi le 21 janvier 2022
Modifié à 8 h 07 min le 21 janvier 2022
Par Yanick Michaud

ymichaud@gravitemedia.com

Il y a fort à parier qu’Andie Therio, représentée par l’Agence Ranch, saura durer dans cette industrie du new country qu’elle a déjà su prendre au lasso. (Photo Journal Saint-François – Andrée-Anne Guy)

Avec Good Memories, premier extrait de son mini-album, Andie Therio fait une entrée fracassante et éblouissante dans le monde du new country québécois.

« Pour moi c’est un but de montrer qu’au Québec nous pouvons faire du bon country. Je veux amener ça ici et en faire partie. Je suis hyper contente de ce qui arrive », lance l’artiste originaire de Beauharnois, qui n’a jamais cessé de croire en son rêve de faire de la musique professionnellement.

« Je suis dans le milieu depuis longtemps. J’ai travaillé fort, cogné à plusieurs portes. Je suis heureuse de voir que c’est maintenant concret », mentionne Andie Therio, inspirée des plus grands du domaine, les Chris Stapelton, Zac Brown Band et Luke Combs par exemple.

« Plus près de nous, on a Matt Lang, Brittany Kennel. Je suis tombée en amour avec ce style musical au début de la vingtaine, mais ça ne m’empêche pas d’écouter du bon gros rock, du pop et du folk. Le new country permet de mélanger ce qu’on aime avec d’autres influences », rigole la jeune femme à l’aube de la trentaine.

Des origines musicales variées

Passionnée de musique, Andie Therio commence à jouer de la guitare à 13 ans. Elle compose alors ses premières chansons. « Ça a toujours été important pour moi de miser sur mes propres compositions. Pour mon EP qui sortira cette année, j’ai composé à cent pour cent les paroles et la musique », invoque celle qui mise actuellement sur l’anglophone pour ses premiers extraits. « Mais jamais je ne fermerai la porte au français. »

D’ailleurs, si elle a hâte de constater le plaisir des gens d’accueillir sa pièce Good Memories, elle est impatiente de monter sur scène pour un prochain spectacle. « Avec ce qui se passe, il n’y a rien de prévu, mais ça me brûle en dedans. Il n’y a rien qui m’allume plus que d’être sur une scène », lance la chanteuse allumée et représentée par l’Agence Ranch.

En attendant, les amateurs pourront constater l’étendue du talent de la Beauharlinoise en écoutant et en regardant le vidéoclip diffusé dès le vendredi 21 janvier. Good Memories raconte la fin d’une relation et l’importance d’en garder de bons souvenirs. Un parfait mélange de country-pop doublé d’une touche de rock et de folk.

Des relations importantes

Puisqu’il en est question, Andie Therio aime bien souligner l’importance des gens qui l’entourent dans son cheminement. Le vidéoclip a été réalisé et produit par Webson.

« C’était important de le faire avec des gens du coin comme Jonathan Anderson. J’avais tellement confiance en eux. Je suis super fière du résultat. Beauharnois c’est mon coin et on voit des bouts de tout ça. Je viens de là et c’est représentatif », explique l’artiste qui a aussi pu compter sur l’appui du grand Marc-André Rioux, chanteur de Lendemain de Veille.

« J’ai commencé avec lui à faire de la musique. Je suis heureuse de faire ce projet en sa compagnie. Avec d’autres musiciens du coin aussi. Paul Théorêt, Marc Valois qui réalise l’EP. Sans parler de David Jalbert qui amène son expérience. Il réussit à apporter plein de choses. Il est disponible, généreux, il a les valeurs à la bonne place », conclut-elle au sujet de celui qui a fait une place dans son label Goliath Musique.
 

Dernières nouvelles