Aînés : la ministre se défend de créer deux classes

Par Yanick Michaud
Aînés : la ministre se défend de créer deux classes
Au bureau de la ministre des Aînés on se défend de vouloir créer des classes distinctes. (Photo : Mark Timberlake)

À la suite du dépôt du budget fédéral de la semaine dernière, tant le Bloc Québécois que le Réseau FADOQ ont réagi quant au fait que les aînés de 75 ans risquent de recevoir plus que ceux de 65 ans.

Or, le cabinet de la ministre des Aînés du Canada, Deb Schulte a tenu à réagir aux propos évoqués.

En ce qui a trait aux deux classes d’aînés qui pourraient être créées, elle mentionne que le gouvernement a respecté son engagement.

« Celui d’augmenter la Sécurité de la vieillesse de 10 % pour tous les aînés de 75 ans et plus. Les aînés plus âgés font face à des dépenses de soins accrues et risquent davantage de manquer d’économies. À mesure que les aînés vieillissent, leurs coûts de soins de santé et de soins à domicile augmentent, alors qu’ils sont plus susceptibles de ne pas pouvoir travailler, d’être handicapés ou d’être veufs. Nous contribuons à atténuer les pressions auxquelles font face plus de 3,3 millions d’aînés plus âgés en leur offrant plus de sécurité financière plus tard dans la vie », mentionne-t-on du côté de la ministre libérale.

Les aînés de moins de 75 ans « n’obtiennent absolument rien »

Elle dément les propos en ce qui a trait au fait que les aînés de moins de 75 n’obtiennent absolument rien.

« Les aînés de tous âges bénéficient des mesures prévues dans le budget de 2021, notamment par le financement supplémentaire pour les soins de longue durée, les travailleurs de soutien à la personne, les fournisseurs de soins, les logements abordables, les personnes handicapées, les anciens combattants, la santé mentale, les mauvais traitements envers les aînés, le Fonds pour l’accessibilité, les groupes communautaires, la sécurité alimentaire, les soins palliatifs et la prestation de services. En plus, la nouvelle initiative Vieillir dans la dignité à la maison, d’une valeur de 90 millions de dollars, financera des services éprouvés offerts par des groupes communautaires qui aident les aînés à vivre plus longtemps à la maison », explique-t-on.

La ministre affirme posséder un bilan fort quant au soutien aux aînés de tous âges. « L’une de nos toutes premières actions en tant que gouvernement a été de ramener l’âge d’admissibilité à la Pension de la Sécurité de vieillesse de 67 à 65 ans. Nous avons également renforcé le Régime de pension du Canada pour les futurs retraités, augmenté le Supplément de revenu garanti pour les aînés célibataires et réduit l’impôt sur le revenu. »

 Investissement dans les soins de santé

Enfin sur la question des soins de santé, on est clair à Ottawa. « Nous avons été là pour soutenir les provinces et les territoires depuis le début de la pandémie de la COVID-19. Le gouvernement du Canada a investi des milliards pour aider les provinces et les territoires à renforcer leurs systèmes de santé, y compris la capacité de dépistage et l’arrêt des éclosions dans les établissements de soins de longue durée », précise-t-on.

De plus, ce financement s’ajoute aux 40 milliards de dollars déjà versés chaque année aux provinces et aux territoires dans le cadre du Transfert canadien en matière de santé. « Nous continuerons de travailler avec les provinces et les territoires afin de lutter ensemble contre la COVID-19 », conclut-on.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires