Santé
Actualités

Une porte entrouverte pour sauver la mission régionale de l'Hôpital du Suroît

mercredi le 09 juin 2021
Modifié à 15 h 33 min le 09 juin 2021
Par Eric Tremblay

(Photo Eric Tremblay)

La révision du plan clinique de l’Hôpital du Suroît, annoncée par la pdg par intérim du Centre de santé et services sociaux de la Montérégie-Ouest n’est pas tombée de l’oreille de sourds. Le comité de mobilisation pour le maintien de dix services à l’hôpital de Valleyfield entend saisir cette opportunité pour rappeler la mission régionale de l’établissement.  

Lise Verreault, pdg intérimaire du CISSSMO a entrouvert une porte le mois dernier. Une dose d’espoir a gagné la mobilisation. Le 22 juin, le maire de Valleyfield, Miguel Lemieux, les préfètes des MRC de Beauharnois-Salaberry et du Haut-Saint-Laurent, Maude Laberge et Louise Lebrun, de même que le député de Beauharnois, Claude Reid, auront une rencontre avec elle. Une discussion qui sera suivie ensuite par une consultation pour revoir l’offre de services de l’Hôpital du Suroît. «On doit rester sur un pied d’alerte, a lancé Édith Gariépy, porte-parole de la mobilisation. Il faut rappeler au CISSSMO l’importance de notre mobilisation. La force citoyenne nous a menée ici. »
Le mouvement, d’abord articulé autour du maintien du Centre mère-enfant, a pris de l’ampleur. Dix services (voir plus bas) sont menacés d’être transférés au futur hôpital de Vaudreuil-Soulanges.

 


«On souhaite une consultation plus globale qui prendra en considération les groupes communautaires, industriels et économiques. Chacun d’eux ont une vision du territoire.»
Mme Gariépy voit la prochaine étape comme un nouveau commencement. Pour elle, il faut construire un hôpital pour l’avenir et, dans la mesure du possible, dans une échelle décentralisée. «Un hôpital régional fort qui dessert sa population dans son ensemble», évoque-t-elle à propose de l’Hôpital du Suroît.
Les citoyens intéressés à être consultés et informés au sujet de la révision du plan clinique de l’Hôpital du Suroît doivent s,inscrire en ligne
Collaboration forte
Plusieurs acteurs régionaux ont uni leurs efforts autour de cette mobilisation. Ce qui a pesé dans la balance selon Maude Laberge. «Le travail d’équipe apporte toujours des retombées positives, c’est ce que l’on constate encore aujourd’hui, a laissé entendre la préfète de Beauharnois-Salaberry et mairesse de Sainte-Martine. On le sait, sans cette mobilisation initialement faite autour du Centre mère-enfant, on aurait assisté assurément au dépérissement programmé de notre hôpital. On aurait vu les services de soins de proximité s’éloigner de notre population. On aurait vu notre région s’appauvrir au sens propre, et figuré. »

 

 


Miguel Lemieux a vu l’ouverture du CISSSMO comme un premier gain. «C’est ce que l’on demande [la révision du plan clinique] depuis le début, a laissé savoir le maire de Valleyfield. Il faut saisir ce momentum. On entre dans la deuxième phase de notre lutte. On doit envoyer un message de plus en plus fort; le plan clinique ne doit pas nous désavantager. »

 

 


Suzanne Carrier, présidente de la Chambre de commerce et d’industrie de Beauharnois, Valleyfield et du Haut-Saint-Laurent a aussi joint sa voix aux politiciens. D’un point de vue économique les conséquences de la perte de ces services. « Nous avons peur de voir déconstruire les efforts d’une décennie pour attirer de nouvelles entreprises et de jeunes familles dans la région, a-t-elle lancé. C’est pourquoi la mobilisation insiste sur une consultation claire et transparente en collaboration avec tous les partenaires et organisations du milieu. »

 

 


Services menacés de quitter l’Hôpital du Suroît 
Accouchement
Néonatalité
Pédiatrie
Gynécologie
Mammographie
Médecine nucléaire
Cabine audiologique
Échographie transophagienne
Ophtalmologie
Chirurgie de l’oeil 

 

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous

Dernières nouvelles