Chronique
Actualités

Le passeport vaccinal sera-t-il temporaire ?

mercredi le 25 août 2021
Modifié à 0 h 00 min le 25 août 2021
Par Claude Poirier

Claude Poirier (Photo Gravité Média)

L’application du passeport vaccinal sera en vigueur le 1er septembre au Québec, a récemment annoncé le gouvernement. La question que je me pose, et à laquelle aucune réponse claire n’a été donnée ici ou ailleurs au Canada, est la suivante: cette mesure sera-t-elle temporaire ou permanente? Que se passera-t-il quand la COVID-19 sera éradiquée ou que la situation se sera calmée?

Je suis surpris que peu de gens s’interrogent concrètement à ce sujet. La permanence d’une telle consigne sanitaire est la raison pour laquelle tant de gens s’y opposent, à mon avis. N’oublions pas qu’il y a peu de temps, plus de 15 000 personnes sont descendues dans les rues de Montréal pour exprimer leur désaccord face au passeport vaccinal.

C’est toujours la même chose; la majorité paie pour une minorité. Le passeport vaccinal arrive parce qu’il y a encore des gens qui ne croient pas à la vaccination. Certains m’appellent pour me demander mon avis sur l’obligation des travailleurs de la santé à être vaccinés. Je suis d’accord à 100%. Ces gens-là sont à risque. En général, à mes yeux, ceux qui nous entourent et qui n’ont pas reçu leur vaccin posent un problème. Des preuves de cela, nous en avons de plus en plus avec la recrudescence des cas. 

Selon moi, le passeport vaccinal devrait être temporaire. S’il ne l’est pas, il sera contesté devant les tribunaux. Si elle demeure en place sans la COVID-19, on parle d’une mesure qui brimera les droits des citoyens. 

Néanmoins, en ce moment, c’est nécessaire afin que les gens qui sont doublement vaccinés ne paient pas le prix pour ceux qui sont bornés. Les bars, les salles d’entraînement ou les restaurants ne devraient pas fermer à cause d’eux, mais doivent leur être interdits.

À ces individus qui affirment présentement que leurs droits seront brimés, je demande: que fait-on de la majorité qui prend ses responsabilités? 

Élections

Des questions, c’est d’ailleurs l’occasion d’en poser alors qu’une campagne électorale vient d’être déclenchée au fédéral. Il est temps de savoir de quelle façon les partis ont l’intention de traiter les dossiers de la justice et des armes à feu. Des problèmes à ce sujet, il y en a partout à travers le Canada, alors que le Code criminel n’a pas été amendé depuis des années. 

Quant aux armes, le gouvernement fédéral est responsable de cette question et du contrôle de leur entrée au Canada. J’espère que cet enjeu sera abordé davantage durant la campagne, bien que j’en doute. 

Nous ne parlons pas assez de la justice en temps d’élections. On discute de la santé, de l’hébergement, de l’environnement, de l’économie, mais on oublie très souvent ce sujet. 
J’attends des réponses de toutes parts. 
10-4! 

(Propos recueillis par Gravité Média)

Connectez-vous afin de pouvoir ajouter des commentaires

Connectez-vous