André Lefebvre pourrait perdre son absolution

André Lefebvre pourrait perdre son absolution

André Lefebvre a passé 35 jours derrière les barreaux.

Le directeur des poursuites criminelles et pénales n’entend plus à rire avec les multiples frasques commises par André Lefebvre. Le procureur affecté dans les dossiers, Me Claude Doire souhaite faire annuler l’absolution conditionnelle prononcée le lundi 24 juillet dernier.

André Lefebvre a obtenu la clémence du tribunal lors du prononcé de sa sentence à l’égard des 11 dossiers auxquels il devait répondre. À ce moment, une absolution conditionnelle a été prononcée par le juge Bertrand St-Arnaud. Cependant, André Lefebvre devait s’engager à ne pas communiquer avec sept personnes, dont ses parents. Il lui est aussi interdit de posséder des armes, il devait exécuter 60 heures de travail compensatoire et verser un don de 250 $ à l’organisme OVPAC.

Toutefois, André Lefebvre a fait fît de ses conditions et il a été arrêté le vendredi 4 août. Cette fois, il est accusé d’avoir harcelé criminellement ses parents afin d’obtenir une somme d’argent, d’avoir entravé la justice en demandant à ses parents de retirer une plainte et de bris de probation.

Comme l’indique Me Claude Doire, le tribunal n’entend plus rire. «Compte tenu des bris récurrents, nous nous objectons formellement à la remise en liberté de l’accusé. De plus, j’entends soumettre au juge l’article 730.4 du Code criminel qui stipule que le juge a le pouvoir de révoquer l’absolution et de condamner l’accusé.»

Comme il y a eu récidive de la part d’André Lefebvre, Me Doire conclut qu’il ne mérite pas la chance de bénéficier d’une absolution conditionnelle. «Lors du prononcé de la sentence, le juge St-Arnaud l’a pourtant averti que dorénavant, le tribunal ne serait pas aussi clément. Malgré cela, il a récidivé.»

L’enquête pour la remise en liberté d’André Lefebvre était initialement prévue le mardi 8 août. Cependant, elle a été reportée au vendredi 11 août. Comme l’avocat de l’accusé, Me Patrick Davis est en vacances à l’extérieur du pays, la défense d’André Lefebvre sera assurée par Me Marie-France Plante.