2000 roses rouges pour briser le silence

2000 roses rouges pour briser le silence

Jacynthe Leclerc, Martine Faille, Marylène Daigle, Marie-Claude Gareau, Chantal Fortier et Roxanne Leblanc rappellent l’importance de souligner la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes le 6 décembre.

Crédit photo : (Photo Journal Saint-François - E.T.)

Des intervenantes vont distribuer 2000 roses rouges le 6 décembre à l’occasion de la Journée nationale de commémoration et d’action contre la violence faite aux femmes. Un geste qui leur permet de s’ouvrir sur le sujet.

«On souhaite que cette journée ait un impact, a indiqué Marie-Claude Gareau de l’Accueil pour Elle. On ne veut pas que ça passe sous silence. Que les femmes, quand elles subissent de la violence, qu’elles savent qu’il y a des endroits pour les aider. »
Chantal Fortier, aussi de l’Accueil pour Elle, explique que la distribution, à sept endroits différents à Valleyfield et Beauharnois, permet de rencontrer directement les femmes, des femmes qui ont souvent des questions. «L’objectif est de leur permettre de s’ouvrir plus, dit-elle. On sera présente dans moins d’endroits cette année pour se concentrer davantage sur les gens. Nous serons toutefois plus pour bien prendre le temps de discuter avec chacune d’elles. »
Ce premier geste de sensibilisation, on souhaite qu’il devienne le point de départ de discussion sur le sujet à la maison.
«En amenant la rose à la maison, on espère que les gens en parlent, souligne Roxanne Leblanc de CALACS – La Vigie. On veut leur donner le goût de fouiller sur internet et de s’informer sur le sujet. »
Parce que la violence envers les femmes est toujours existante. Les statistiques démontrent qu’une femme sur quatre est toujours victime. Des statistiques qui augmentent si elle est autochtone ou handicapée. Et si le 6 décembre a été désigné, c’est en commémoration à la tuerie de la polytechnique de Monréal en 1989.
La discussion est aussi importante avec les enfants. «Au primaire, on voit que les jeunes sont conscients, dévoile Jacynthe Leclerc d’Espace Suroît. Ils parlaient de certaines situations qui ne sont pas toujours évidentes à aborder en 5e ou 6e année. Les discussions étaient bonnes. »
La distribution des fleurs (voir endroit plus bas) est accompagnée d’un jeu de mots croisés ludique qui déconstruit certains mythes. Aussi, 15 000 rubans blancs, symbole qui signifie l’opposition à toute forme de violence à l’égard des femmes seront donnés. En l’épinglant à son manteau, on prend position sur ce sujet. Ceux-ci seront disponibles dans 154 organismes et commerces du territoires.
Les intervenantes de l’Accueil pour elle, de CALACS – La Vigie, d’Espace Suroît du Centre D’Main de Femmes et d’Option ressource travail se regroupent pour organiser les activités de cette journée. Elles remercient la Table de concertation sur la violence conjugale et sexuelle faites aux femmes et aux enfants Beauharnois-Salaberry, l’Accueil pour Elle, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield et la Caisse Desjardins Salaberry-de-Valleyfield pour leur contribution au financement.

Statistiques
12 femmes tuées dans un contexte de violence conjugale
Augmentation de 2,9 % (moyenne provinciale 3 %) d’infractions contre la personne commises dans un contexte conjugal en Montérégie (3030 cas en 2015)

Types d’infractions répertoriés
Homicide ou tentative de meurtre
Agression sexuelle
Voies de fait
Enlèvement ou séquestration
Harcèlement criminel
Menaces

Lieux de distribution des 2000 roses rouges
Collège de Valleyfield
Walmart
IGA extra Famille Lacas
Super C
Familiprix
Maxi
Marché Gadoua et Reid