VIVRE et Grandir Autrement pourrait s’établir à Saint-Zotique

Par Yanick Michaud
VIVRE et Grandir Autrement pourrait s’établir à Saint-Zotique
Œuvrant depuis une vingtaine d’années dans le domaine des personnes atteintes d’un trouble neurodéveloppemental, Mélanie Deveault est enjouée par ce projet qui permet l’amélioration d’un milieu de vie mobilisateur et inclusif. (Photo : Photo Journal Saint-François - Pierre Langevin)

Saint-Zotique pourrait accueillir le premier centre de formation de VIVRE & Grandir Autrement, et ce dès 2020.  

« Notre projet est en place depuis 2012. Il s’agit d’un milieu unique pour l’apprentissage. Nous valorisons l’intégration des jeunes autistes en visant le respect et l’engagement », explique Mélanie Deveault, directrice générale.

Ce projet unique touche les jeunes autistes de 4 à 21 ans, qui pourront s’épanouir en développant leur plein potentiel. « Notre mission est d’encadrer de manière personnalisée chaque jeune. Nous valorisons l’individu et les efforts, tout en proposant des opportunités », dit-elle en parlant d’un centre unique et d’un projet mobilisateur.

Un centre de quatre étages à Saint-Zotique

Le centre VIVRE & Grandir Autrement permettrait aux 120 jeunes qui sont prévus faire leur entrée incessamment, de toucher à une possibilité de 45 métiers. « Nous pourrions répondre d’une certaine manière à la pénurie de main d’œuvre. Mais c’est une clientèle qui a un grand besoin de soutien. Ainsi, nous aurons une cour intérieure adaptée, des bains et piscines chauds et froids, à remous, pour les découvertes sensorielles. Mais aussi un espace métier, par exemple une friperie pour apprendre à repriser, être caissière », lance Mélanie Deveault enjouée, qui prévoit aussi du répit spécialisé pour les familles de la région.

Elle estime qu’actuellement plus d’une centaine de jeunes sont répartis dans différents établissements et même dans Montréal. La demande est présente. Quant aux éducateurs spécialisés, et quelques enseignants pour les chapeauter, il n’y a pas à s’inquiéter, on trouvera. On parle de la création de plus ou moins 80 emplois.

Cette bâtisse qui se situe entre une école et un centre de réadaptation devrait coûter 12 M$. Si la Commission scolaire des Trois-Lacs et Saint-Zotique ont confirmé leur appui, on ignore d’où vient le montage financier. On espère la construction dès le printemps 2020 dans l’ouest de Saint-Zotique.

Un autre centre similaire pourrait aussi voir le jour en Mauricie dans les prochains mois.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des