VIDÉO – La Distillerie 3 Lacs en mode expansion

VIDÉO – La Distillerie 3 Lacs en mode expansion
Mathieu Caron, Dominic Proulx et Nicolas Bériault devant la nouvelle chaîne d'embouteillage. (Photo : (Photo Journal Saint-François - E.T.))

La Distillerie 3 Lacs a le vent dans les voiles. Un investissement de près de 400 000 $ permet aux trois jeunes entrepreneurs de voir de nouveaux horizons. Et les consommateurs y trouveront leur compte avec de nouveaux produits disponibles au courant de la prochaine année. 

Déjà, une nouvelle chaîne d’embouteillage est en opération depuis près d’un mois. Des cuves d’entreposage, une mezzanine, des équipements neufs et un nouvel alambic viendront compléter les changements à la distillerie installée sur la rue Andrew. Tout l’espace est utilisé à bon escient.

Une somme de près de 400 000 $ ont été investis. Le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’alimentation du Québec a offert une subvention de 150 000 $ via un programme d’automatisation.

«L’acquisition de tout ça, c’est pour répondre à la demande, mentionnent Nicolas, Mathieu et Dominic. En juin ça va faire deux ans que notre gin [citron biologique et tournesol] est disponible à la SAQ. Notre plan d’affaires prévoyait entre 20 et 25 000 bouteilles par année; on se retrouve désormais entre 100 000 et 125 000 bouteilles par année. »

La Distillerie 3 Lacs bénéficie de l’engouement pour les spiritueux du Québec. La vague d’achat local a aussi un impact sur l’industrie de l’alcool québécois. La vague est bonne pour les produits d’ici. «Les gens ne peuvent pas sortir et consomment donc à la maison, reconnaît Mathieu Caron. On a martelé que c’était important de soutenir les producteurs locaux. Avec les restaurants et bars fermés et aucun événement pour faire connaître nos produits dans la dernière année, on a utilisé différentes stratégies pour aller chercher les gens.»

C’est désormais au Québec qu’il se consomme le plus de gin, en volume, au Canada. Le gin pamplemousse et romarin, disponible depuis avril dernier, connaît un essor fulgurant. Il se vend à un rythme quatre fois plus élevé que le gin original de Distillerie 3 Lacs.

Gagner des mains

La chaîne d’embouteillage permettra à la distillerie d’économiser du temps. «Avant, on procédait manuellement, mentionne Nicolas Bériault. On était 10 personnes et on faisait la chaîne. Toutes les étapes; du rinçage, à l’étiquetage, remplissage, etc. Une bonne journée, on sortait 10 palettes de 50 caisses. »

La nouvelle technologie ne permettra pas d’embouteiller plus d’alcool. Mais l’automatisation requiert moins de personnes à cette étape. Seulement trois. La diminution de la manipulation réduit aussi le risque. La Distillerie 3 Lacs présente ses produits dans une bouteille atypique et originale. Il faut être précis dans l’étiquetage notamment. La chaîne permet tout ça. À un rythme de 10 bouteilles à la minute.

Nouveaux produits

La Distillerie 3 Lacs augmentera prochainement sa gamme de produits à boire. Un prêt-à-boire, en canette, sera disponible à la SAQ à la mi-avril. D’autres projets sont aussi sur la table pour les trois amis.

«On distille cinq jours semaine, indique Dominic Proulx. C’est pour cette raison qu’on change notre alambic. Il aura une capacité de 1500 litres, le double de celui qu’on utilise depuis nos débuts.. Ça va nous permettre de respirer un peu. »

Trois immenses cuves permettront d’entreposer les produits avant leur mise en bouteille.

Vers les États-Unis

Le gin au citron est disponible dans 225 SAQ au Québec; 50 de plus pour celui au pamplemousse. Un bon succès. «On vise aussi à exporter au marché américain, ajoute Nicolas Bériault. On s’est entouré de partenaires pour nos démarches et en sortir gagnant. Notre objectif c’est avant Noël. »

Distillerie 3 Lacs
De même, une fois les étiquettes posées sur la bouteille on s’assure de la qualité du produit avant de le mettre en caisse et de le distribuer.
Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires