Une préposée aux bénéficiaires dénonce le contexte dans lequel elle forme des étudiants

Par Vicky Girard
Une préposée aux bénéficiaires dénonce le contexte dans lequel elle forme des étudiants
La formation en vue du recrutement massif et rapide de préposés aux bénéficiaires (PAB) enclenchée par le gouvernement du Québec présente des inconvénients pour certains. (Photo : Courtoisie)

La formation en vue du recrutement massif et rapide de préposés aux bénéficiaires (PAB) enclenchée par le gouvernement du Québec présente des inconvénients pour certains. Une femme qui occupe ce poste et qui doit former de futurs collègues révèle de façon anonyme que les façons de faire l’épuisent.

À LIRE AUSSI: VIDÉO: Des futurs préposés formés à Châteauguay

220 futurs préposés aux bénéficiaires en CHSLD en formation

À la base, la PAB qui détient 10 ans d’expérience n’était pas chaude à l’idée d’être jumelée à un étudiant en raison de la surcharge de travail que cela représentait. Ses tâches habituelles ne sont pas allégées pour effectuer la formation. La résidente de Saint-Constant qui ne veut pas dévoiler où elle travaille par peur de représailles a néanmoins accepté, considérant qu’elle pouvait transmettre ses bonnes pratiques et son amour du métier.

«Cette formation a été précipitée. Ça nous a été garoché comme étant sur une base volontaire et sans explications.»

Les premières journées se sont avérées éprouvantes pour la femme de 31 ans. Elle nomme entre autres le manque de sérieux des étudiants. Au total, il y en 10 sur son lieu de travail.

«Il y en a qui étaient déjà sur leur cellulaire en plein corridor, un qui n’a pas suivi les règles sanitaires et qui ne s’est pas changé pour aller dîner à l’extérieur. Il y a en a un qui traînait de la patte la première journée avec une mauvaise attitude», se souvient-elle ajoutant que l’un d’entre eux a été «mis dehors» la première semaine.

À son avis, certains futurs préposés aux bénéficiaires sont là pour les mauvaises raisons. Ils n’ont pas les connaissances nécessaires en arrivant à l’étape pratique de leur formation.

Les étudiants ont des cours à distance le lundi et le mardi pour la partie théorique, puis, le mercredi, jeudi et vendredi, ainsi qu’une fin de semaine sur deux, ils apprennent et sont supervisés par des préposés aux bénéficiaires.

Des difficultés

La formation empiète sur son propre travail, laisse-t-elle savoir.

«Avec le manque de personnel et malgré mon expérience, je peux vous certifier que ce n’est pas facile de devoir répéter, répéter et répéter, en plus de voir à la surveillance et à la sécurité de chaque résident tout en enseignant en accéléré à l’étudiant», explique-t-elle.

De même, la PAB considère que la manière d’évaluer n’est pas adéquate.

«Un professeur se base sur notre évaluation chaque semaine. Nous devons évaluer sur notre temps de travail. L’étudiant s’autoévalue, puis c’est notre tour. De plus, je trouve déplorable que nous n’ayons pas de feedback du professeur. On ne peut pas tout noter en travaillant», soutient-elle.

La préposée aux bénéficiaires ne pourrait compter le temps supplémentaire qu’elle doit effectuer dans le cadre de son propre emploi et de la formation. Un bonus de 5$ par jour est offert, ce qu’elle trouve toutefois insuffisant.

«Je ne vais plus jamais prendre cette responsabilité. Je peux vous dire que nous sommes encore plus fatigués après une journée de travail, de supervision et d’enseignement», conclut-elle.

Partager cet article

3
Laisser un commentaire

avatar
3 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
3 Comment authors
Lorraine DuhemeLinda frappierRaymond Giroux Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Me notifier des
Raymond Giroux
Guest
Raymond Giroux

Voilà un »ange gardien » qui a ELLE le sens des responsabilités(???) mais à la condition de recevoir PLUS de 5$. Si tu veux que les choses changent il FAUT que TU t’impliques. Les PARASITES peu importe leur âge doivent être exclus avant même d’être devenus défendables par le syndicat. COURAGE. Soyez à la hauteur de vos valeurs humanistes.
Raymond Giroux.

Linda frappier
Guest
Linda frappier

Cette dame a surement recu de l aide durant son stage de formation. Peut etre que cela est demandant mais une fois ces gens formé ils apporteront un soulagement dans le système..

Lorraine Duheme
Guest
Lorraine Duheme

Vraiment pas fort pour du monde en formation d agir de la sorte