Une policière de Beauharnois-Salaberry patrouille à Alma

Par Yanick Michaud
Une policière de Beauharnois-Salaberry patrouille à Alma
Shirley Simard et sa fille, Raïssa Lavoie-Simard, policières ont pu patrouiller dans les rues d'Alma, même si la plus jeune des deux travaille à Salaberry-de-Valleyfield. (Photo : Photo Gimmy Desbiens)

Belle journée pour un duo de policières de la même famille et surtout du même corps policier.

Raïssa Lavoie-Simard est patrouilleuse à la Sûreté du Québec à Salaberry-de-Valleyfield. Sa mère, Shirley Simard, pratique le même métier au Lac-Saint-Jean. Les deux dames ont réussi, le temps d’une journée, à travailler en duo pour parcourir les rues d’Alma. Et des villages aux environs.

C’est la journaliste Mariane Guay du Quotidien qui a eu l’occasion de rencontrer les deux agentes lors de cette journée spéciale.

Une occasion spéciale

La jeune policière de 27 ans qui évolue désormais dans la MRC Beauharnois-Salaberry était en vacances et de passage au Lac-Saint-Jean. Une permission accordée par son patron a permis de réaliser cette journée particulière. Les deux femmes ont dit avoir apprécié le moment, un premier du genre dans la région des Bleuets.

Il appert que lors de leurs interventions, le fait qu’elles se connaissent comme deux doigts de la main, créait une chimie incroyable.

Et pour les deux Simard, faire partie de l’histoire est maintenant quelque chose d’encore plus spécial. Une équipe mère-fille fait partie des hauts faits de leur carrière. Pour Shirley Simard, de voir sa fille pratiquer le même métier qu’elle prouve quelque chose. « Les femmes dans la police, oui, cela fait plusieurs années, mais là c’est comme les enfants des premières policières. »

Bientôt dans Salaberry-de-Valleyfield

Les deux policières promettent que leur prochaine patrouille commune se fera dans la Montérégie.

Deux territoires différents. Le Lac-Saint-Jean est différent. On compte beaucoup de secteurs ruraux, des rangs. Les villages sont éloignés. C’est très différent de la population urbaine, plus citadine des Campivallensiens. Les faits divers peuvent être complètement différents selon le secteur dans lequel on oeuvre.

À tout le moins, il s’agira d’une belle histoire à raconter à la descendance de la famille dans les prochaines années.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires