Une pétition pour préserver le parc des Mouettes dans son état actuel

Une pétition pour préserver le parc des Mouettes dans son état actuel
Ce scénario d'implantation de la Maison des aînés et alternative a été présenté le 13 mai. (Photo : (Photo - courtoisie))

Une pétition en faveur du maintien du parc des Mouettes dans son état actuel a déjà recueilli 189 signatures.

L’instigatrice, Chrystine Goyette, assure malgré tout qu’elle est très en faveur de ce projet. Mais au lieu du site proposée par la ville au gouvernement, elle suggère d’autres possibilités. Notamment sur la rue de la Barrière située à proximité qui est également en développement. « Tous les nouveaux résidents s’y installeraient en connaissance de cause, résume-t-elle. Je sais que le ministère veut acquérir les terrains des municipalités et que ceux de la rue de la Barrière  appartiennent à des particuliers, mais bon, rien n’empêche la Ville de les acheter. Il y a aussi des possibilités similaires dans le secteur de Grande-Île. »

Elle rappelle l’histoire alors que l’atelier d’usinage Meloche, située à l’angle des rues du Marché et Victor-Léger avait fait l’objet d’une pétition pour exiger sa relocalisation. Mme Goyette ne l’avait pas signée puisqu’elle avait aménagé le quartier en toute connaissance de cause.

Un parc diminué de moitié

Mme Goyette a aussi réagi aux propos du maire quant à la bonification du parc des Mouettes. «En réalité le parc actuel, soit la section clôturée et aménagée, sera diminué d’un peu plus de 50% de sa superficie. Il restera à peine 100 pieds le long de la rue Saint-Louis. »

Elle se désole aussi que la soirée d’information sur l’application Zoom ait difficilement permis aux résidents du quartier de s’exprimer pleinement. «Nous avons pu tout de même se faire un peu entendre à force de cliquer sur l’icône du micro à répétition. »

La Campivallensienne juge aussi le prix de vente, 2,6 millions $, trop bas.

«Nous, les citoyens avoisinants du parc, demandons au conseil municipal de mettre la vente du parc momentanément en veille pour quelques mois afin de trouver des pistes de solution qui épargneraient ce magnifique espace vert, d’une valeur inestimable», termine-t-elle dans un courriel envoyé au Saint-François, à la ministre des Aînés et des Proches aidants Marguerite Blais, au député Claude Reid, au maire Miguel Lemieux ainsi qu’à l’ensemble des conseillers municipaux et Bruno Roy, directeur adjoint des services techniques au CISSSMO.

À lire aussi sur le sujet

Une maison des aînés de 52 M $ projetée sur le parc des Mouettes

Des voix s’élèvent contre la disparition d’un espace vert à Valleyfield

 

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
5 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
G.S.
G.S.
8 mois

De toute façon, il n’y a pas de mouettes, ce sont des goélands.
Le nom d’origine est donc une fausseté au départ.

diane chiasson
diane chiasson
8 mois

j’aime rais signer la pétition,une plage à valleyfield,rien de mieux

J. Lapointe
J. Lapointe
8 mois
Répondre à  diane chiasson

Bonjour,
Merci pour votre intérêt.
Je vous invite à signer la pétition en ligne sur: petitionenligne.com/parc_des_mouettes_notre_milieu_de_vie
Ou, si vous souhaitez signer la pétition par téléphone, vous pouvez nous rejoindre au (450) 370-7379.
Ainsi nous pourrons vous inscrire sur notre liste.

M. Marcil
M. Marcil
8 mois

Je suggère le terrain situé de l’autre côté du parc des mouettes, le parc marcil qui pourrait accueillir ce projet tout en incorporer la piste cyclade et aménager ce parc qui est laissé à l’abandon à l’exception de deux fins de semaines. L’actuel espace vert pourrait être vendu pour immeuble à prix modique et garder le parc des mouette tel quel. Un beau projet communautaire pour les plus démunis de notre société.

Sonia
Sonia
8 mois

J’ai signé la pétition et je supporte tout à fait cette opposition face à l’emplacement de ce projet.
Investissons dans les soins à domicile d’abord, puis construisons de tels projets dans de nouveaux secteurs. Les gens choisiront de s’y installer. Respecter les citoyens, c’est un gage de respect pour nos ainés et ceux qui le deviendront. Le contraire est très inquiétant.