Une clause contractuelle empêche l’expansion du Centre Valleyfield

Par Mario Pitre
Une clause contractuelle empêche l’expansion du Centre Valleyfield
L’immeuble du Centre Valleyfield ne peut être agrandi ou modifié en raison d’une clause contractuelle datant de 1988. (Photo : Journal Saint-François Pierre Langevin)

La Ville de Salaberry-de-Valleyfield a entrepris des démarches auprès du gouvernement du Québec afin d’annuler une clause contractuelle qui empêche tout agrandissement du Centre Valleyfield.

Selon les documents que nous avons obtenus, il s’agit d’une clause comprise dans la transaction conclue en 1988 entre la Ville et le gouvernement concernant la vente des propriétés où sont notamment situés le centre commercial, l’usine de filtration, voire l’avenue du Centenaire, jusqu’à la baie Saint-François.

Celle-ci prévaut jusqu’à l’échéance de l’entente prévue en 2037. « Jusqu’à cette échéance, il est convenu qu’aucune modification verticale ou horizontale des constructions prenant place sur le dit immeuble à l’exception de l’agrandissement de l’usine de filtration sur une partie de celui-ci ne devra être faite directement ou indirectement par la Ville, par tout acquéreur subséquent ou par toute personne ou corporation ayant lors de ces modifications un lien de dépendance avec l’un quelconque des acquéreurs s’étant succédé depuis les présentes…», peut-on lire dans le document.

Celui-ci poursuit en mentionnant « qu’advenant le non respect de la présente clause… SA MAJESTÉ aura le droit d’exiger de la Ville… le paiement à titre de dommage intérêts de 1 361 100 $ en dollars de 1987…»

Notons que depuis cette transaction, la Ville a vendu à Dominion Textile inc en 1988 et que celle-ci a revendu au Groupe Pomerleau en 1991. C’est la compagnie Westcliff qui, via un bail avec Pomerleau, opère le centre d’achats.

Questionné sur ce dossier, le maire Miguel Lemieux indique que cette clause ne reflète absolument plus le contexte socio-économique qui prévaut aujourd’hui et qu’il y aurait lieu de l’annuler.

(Journal Saint-François Pierre Langevin)

« Cette pénalité de 1 361 000 $ de 1988 (donc plusieurs millions aujourd’hui) empêche littéralement de rentabiliser tout autre projet. Ce secteur ne peut donc pas être requalifié, malgré la volonté de l’entreprise de mieux exploiter le site. Voilà pourquoi nous considérons que cette clause n’a plus sa raison d’être, puisqu’elle empêche la revitalisation du centre-ville », estime le maire.

Le député Claude Reid interpellé

Le maire Lemieux signale la collaboration du bureau du député Claude Reid, qui a été approché pour intervenir dans ce dossier.

Selon Pierre Montreuil, attaché politique du député, le dossier a été porté à l’attention des autorités, mais nécessitera sans doute des ajustements de la part de la Ville.

« Du côté du gouvernement, on ne peut amender un tel contrat pour répondre aux besoins spécifiques d’une entreprise privée. La Ville doit devenir partie prenante d’un projet global touchant ce secteur avant qu’on puisse étudier la question », explique-t-il.

Notons que plusieurs rumeurs ont circulé ces dernières années au sujet du Centre Valleyfield, dont l’achalandage a connu une baisse depuis 20 ans. La clause dont on fait mention vient expliquer pourquoi aucun projet n’a pu être mis de l’avant.

Partager cet article

7
Laisser un commentaire

avatar
5 Comment threads
2 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
7 Comment authors
Danielle NanniEroc ParentDelJ P LeducPierre Spénard Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Me notifier des
Frank
Guest
Frank

Avant de penser à agrandir le centre d’achat, il faudrait peut-être réussir à remplir les nombreux locaux vacants qu’il abrite…

J P Leduc
Guest
J P Leduc

Tu as bien raison Frank.

Danielle Nanni
Guest

Je te donne en milles c’est tres vrai.

Bernard St Jacques
Guest
Bernard St Jacques

Le marcher public serai avantager de ces locaux et en faire un marcher permanent produit frais de toute sorte produit de la région producteur et Artisant .

Pierre Spénard
Guest
Pierre Spénard

Je suis heureux d’apprendre que la Ville fait des démarche pour développer ce site. En revanche, je suis de l’avis de M. Montreuil, c’est à la Ville de présenter un projet de développement et de mise-en-valeur. Il est grand temps d’imaginer ce que pourrait être ce site exceptionnel!

Del
Guest
Del

Oui! C’est sûr que remplir les locaux vides ; rajeunir les lieux , ça ferait du bien!! Peut-être que les loyers sont trop chèr? Mais s.v.p. pas de condo !! Sauvé le centre ville!!

Eroc Parent
Guest
Eroc Parent

Aucune modification peu etre fait la et revoyer le passer de la ville et les modificaion de sa structure tellement du a la surexploitation des environs et regarder donc a qui reviennent les droits monarchoque de la place…Parent aujourd’hui!