Un trio d’amies déchiré par la tragédie de la route 138

Un trio d’amies déchiré par la tragédie de la route 138
Rebecca Faille, Anaïs Primeau et Elizabeth Dubuc. (Photo : (Photo - courtoisie))

(Texte – Valérie Gagnon) Elizabeth Dubuc et Rébecca Faille, les deux meilleures amies d’Anaïs Primeau, l’adolescente qui est décédée dans la collision frontale survenue le mercredi 4 décembre sur la route 138 à Sainte-Martine, ont confié leur peine au Soleil de Châteauguay.

«Tout le monde le dit, Anaïs c’est une personne super enjouée, super énergique, pétillante, vraiment tellement douce. C’était une personne super chaleureuse, facile d’approche, toujours là pour conseiller les gens qu’elle aimait», ont-elles commenté.

Pour Elizabeth, Anaïs était son coup de foudre d’amitié. Les trois adolescentes étaient amies depuis plus de 10 ans.

« Je vais toujours m’en rappeler. Un soir, c’était un lundi, elle avait envie de me voir, elle est juste venue chez nous pour le fun et elle est partie après une heure. On n’a pas fait grand-chose, mais on avait envie d’être ensemble, dit Elizabeth Dubuc, chargée d’émotions en entrevue avec Le Soleil de Châteauguay. On riait, on se parlait et on se comptait nos vies ».

Samuel Roy faisait partie de leur cercle d’amis. Il était en couple avec Anaïs Primeau depuis presqu’un an. « Le 12 janvier, ça allait faire un an qu’ils étaient ensemble. C’était vraiment un beau petit couple. Ça riait tout le temps ensemble, c’était vraiment beau à voir », disent-elles.

La mère de Rébecca Faille, Ghislaine Demers, a accompagné la mère d’Anaïs Primeau, à l’hôpital pour identifier son corps.

«Samuel et Anaïs sont de belles étoiles maintenant; les deux plus brillantes. Notre amie est bien maintenant, en paix et entourée des hommes les plus importants de sa vie, son papa Martin et son amoureux Samuel. Ça, c’est ce qui nous console. On se dit qu’ils sont bien et qu’ils ont vécu une très belle vie ensemble», commente Rébecca Faille.

La peur de conduire

Anaïs était censée assister à son cours de conduite, le jeudi 5 décembre en soirée avec son amie Rébecca. Elizabeth aussi est en voie d’obtenir son permis probatoire. «Honnêtement, ça nous tente plus vraiment de conduire. On le pense, ça fait peur», avouent-elles.

Samuel Roy conduisait depuis trois mois. Il n’était pas un usager de la route qui faisait des excès de vitesse, décrivent les deux adolescentes. « Ce gars-là était vraiment prudent sur la route.»

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des