Un premier décès d’une thrombose après avoir reçu le vaccin AstraZeneca

Par Katherine Harvey-Pinard
Un premier décès d’une thrombose après avoir reçu le vaccin AstraZeneca
Le premier ministre François Legault. (Photo : Capture d'écran)

Une première personne est décédée d’une thrombose après avoir reçu le vaccin AstraZeneca, a fait savoir le directeur national de la santé publique, Dr Horacio Arruda, lors du point de presse du gouvernement le 27 avril. 

Il s’agit d’une femme âgée entre 50 et 60 ans,  a-t-il révélé, sans toutefois nommer la région d’où elle est originaire.

«C’est encore clair que le virus tue, qu’il rend malade et que le vaccin protège contre ça. Mais quelques fois, il y a malheureusement des complications», a-t-il dit d’entrée de jeu avant d’annoncer la nouvelle et de présenter ses condoléances à la famille.

Le risque de mourir d’une complication à la suite du vaccin est de 1 par 100 000 doses, a précisé M. Arruda. Il s’agirait d’ailleurs du premier décès au Canada.

«Quand on va se faire vacciner, ce n’est pas pour être malade. Le vaccin AstraZeneca va sauver probablement plus de vies, mais dans ce cas-là, c’est une histoire qui est triste», a-t-il ajouté.

La situation au Québec

Le premier ministre François Legault a pour sa part annoncé que les mesures actuelles fonctionnent alors que le nombre de cas diminue. Il a commencé en abordant les régions qui «inquiètent» le plus, soit l’Outaouais, Chaudières-Appalaches et la Capitale-Nationale. Quelques assouplissements ont été annoncés dans les deux dernières.

À Montréal et Laval, «l’explosion attendue» n’a toujours pas eu lieu, «donc nos mesures fonctionnent vraiment bien», a soutenu M. Legault. Le couvre-feu passera donc à 21h30 à compter du 3 mai.

«On voit que la situation s’est améliorée et est rendue à un niveau beaucoup plus bas, a mentionné le premier ministre. Les docteurs nous disent qu’il y a une marge de manœuvre dans les hôpitaux. Les experts de l’INS et de l’INSPQ disent qu’il va continuer d’avoir une baisse des hospitalisations dans les prochaines semaines.»

Quant aux autres régions, dont la Montérégie, la situation est sous contrôle pour l’instant, a-t-il affirmé.

«On va le répéter : avec les variants, il faut être très prudents. Il n’y a aucune région qui est à l’abri d’une explosion de cas. Ce qui nous aide, c’est qu’on continue de vacciner. Ça se passe bien de ce côté-là», a-t-il dit en invitant les personnes handicapées, les proches aidants et les femmes enceintes (à partir de demain) à prendre rendez-vous.

Et l’été?

Le premier ministre a abordé l’arrivée de la saison estivale en fin de point de presse. Il a indiqué se baser sur d’autres pays où le taux de vaccination est élevé, comme Israël et le Royaume-Uni, pour «répondre le plus possible à ce qui s’en vient».

Il a affirmé être en train de préparer une «séquence» d’assouplissements des mesures et que le système de couleurs restera en place.

«Mais au-delà de ça, est-ce qu’on va pouvoir aller voir un spectacle, aller à un festival, se rassembler… Je comprends que les gens voudraient une indication. La réponse facile, c’est que c’est trop tôt pour le dire, mais on insiste fort pour au moins avoir une séquence», a-t-il dit.

Le premier ministre est toujours confiant que 75% des personnes éligibles seront vaccinées d’ici le 24 juin.

«On va commencer l’été 2021 en bien meilleure position que l’été 2020 à cause de la vaccination, a-t-il soutenu. Il y a lieu d’être optimistes, on est en train d’arriver au bout du tunnel.»

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires