Tintamarre syndical dans les rues de Valleyfield

Quelques centaines de syndiqués du milieu de l’éducation ont pris la rue vendredi matin. Il s’agissait de la troisième journée de grève dans les écoles.

«On cherche de la visibilité, mentionne Dominic Hébert, vice-président du syndicat de Champlain. On veut mettre de la pression sur la partie patronale, maintenir la position d’appui des parents et défendre l’école publique. »

Ils étaient environ 300 enseignants ou employés de soutien, membres de différents syndicats, à être réunis à la Pointe-aux-Anglais vendredi matin. Ils devaient ensuite faire entendre leurs sifflets et revendications dans une marche. Le premier arrêt était prévu à l’école Edgar-Hébert pour des discours et saluer les collègues du milieu hospitalier qui manifestaient également. Le cortège se dirigeait ensuite au Collège avant de retourner au point de départ.

«On souhaite un investissement en éducation. En ce moment, la partie patronale propose une entente à coût nul, mentionne M. Hébert. On rappelle le chiffre de 2010 soit la coupe de 1 milliard $ dans le milieu de l’éducation. »

Le vice-président du syndicat de Champlain ne craint pas la menace d’une Loi spéciale de la part du président du conseil du trésor. Il invite d’ailleurs Martin Coiteux à venir à la table de négociation. Vingt-quatre heures par jour et sept jours sur sept s’il le faut.

«Je pense qu’il y a encore une belle fenêtre pour négocier de bonne foi, soutient Dominic Hébert. Je pense que les deux autres journées, avec celle d’aujourd’hui [vendredi], va entraîner encore plus de mouvement. »

Trois autres jours de grève ont été votés. Si les dates du 1er, 2 et 3 décembre avaient été annoncées, ces journées pourraient être revues à la lueur des négociations à venir. «On garde les trois journées de grève en réserve, précise M. Hébert. Elles pourraient être prises séparément ou en bloc. On souhaite observer la conjoncture de la négociation pour décider. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des