Sports scolaires : des calendriers difficiles à respecter

Par Yanick Michaud
Sports scolaires : des calendriers difficiles à respecter
Les espoirs des joueurs de football du Noir et Or de renouer avec la saison de sports ont été freinés brusquement au cours des derniers jours. (Photo : (Photo Journal Saint-François - Archives - Pierre Langevin) )

Avec les entraînements qui ont repris il y a maintenant quelques semaines, la saison de sports scolaires doit s’amorcer incessamment.

Sauf que l’article 70 laisse planer une zone d’ombre quant à la tenue d’un calendrier complet pour les élèves-athlètes du Québec. L’article décrète la fin des activités sportives contre d’autres écoles pour les établissements rapportant un seul cas actif de COVID-19. Une incohérence selon plusieurs intervenants du milieu sportif scolaire. D’autant que le sport civil n’est presque pas touché par les consignes gouvernementales qui ne laissent de plomber les élans des sportifs en milieu scolaire.

Déjà à Québec et dans la région de Chaudière-Appalaches, les matchs de soccer extérieur et de football ont été interdits. Exit la saison pour des milliers de jeunes écoliers qui se trouvent bien malgré eux dans la zone orange. On craint que la situation ne s’envenime partout. La Montérégie demeure actuellement en jaune, mais la menace est tapie.

Une grève envisagée

Un jeune joueur de football de la province a lancé un évènement qui pourrait faire des petits partout. Il incite les écoliers des écoles secondaires du Québec à joindre le mouvement d’une grève le lundi 28 septembre. « Le but de cette grève est de manifester notre désarroi et notre incompréhension face à la consigne 70. Cette consigne implique que dès qu’il y a un élève qui reçoit un test positif pour la COVID-19, toutes les activités sportives de l’établissement impliquant d’autres écoles sont annulées pour 14 jours », explique Isaac Pépin dans une publication Facebook qui intéresse maintenant plus de 650 écoliers.

Il ajoute que l’article émis par le gouvernement rend très difficile l’organisation des parties de sport qui, rappelons-le, sont nécessaires au bien-être scolaire et social de l’élève. « De plus, les bulles-classes sont respectées depuis le début de l’année. Il est donc plutôt simple de retracer et stopper la contagion au sein d’une équipe sportive scolaire », laisse-t-il savoir.

L’adolescent désire donc que tous les élèves-athlètes demeurent à la maison le lundi 28 septembre. « Ce faisant, nous voulons démontrer que le sport nous garde sur les bancs d’école et nous motive à étudier. » Il demande aux jeunes de reprendre ou de suivre les cours manqués lors de cette journée afin de ne pas nuire à leurs apprentissages.

Des dommages au collégial

La saison collégiale de sports devait s’amorcer cette fin de semaine. Le Noir et Or du Collège de Valleyfield devait sauter sur le terrain samedi pour affronter les Nomades du Collège Montmorency. « J’ai eu un appel de mon confrère de Montmorency qui m’a dit que sa direction ne voulait pas du match. Parce qu’ils sont en zone orange. À quelques heures d’avis, nous avons dû l’annoncer aux joueurs qui étaient dépités. Ils voulaient que j’organise un match contre n’importe qui, même de l’universitaire, tellement ils voulaient jouer. Mais actuellement c’est difficile de trouver des adversaires qui veulent se déplacer d’une région à une autre », explique Annie Bélanger, conseillère à la vie étudiante du Collège de Valleyfield.

Ainsi, Montmorency et le Collège de l’Outaouais, les Griffons, ont décidé de se retirer du calendrier de quatre matchs prévus par le RSEQ. « C’est plate pour nos gars, parce que d’autres équipes vont jouer et pas eux. Et puisque les décisions se prennent au jour le jour, on ne sait pas ce qui pourrait arriver pour le reste du calendrier », lance-t-elle.

Entre-temps, les athlètes d’autres sports, comme le flag-football ou le soccer vont s’activer cette fin de semaine, autant à domicile ou sur la route.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires