«Si on n’arrive pas à contrôler la pandémie, tout le reste prend le bord»

Par Vicky Girard
«Si on n’arrive pas à contrôler la pandémie, tout le reste prend le bord»
Le premier ministre François Legault. (Photo : Archives)

Avec 1 033 nouveaux cas et 20 décès recensés aujourd’hui, le premier ministre du Québec François Legault a réitéré la nécessité d’éliminer les contacts qui ne sont pas absolument nécessaires, lors d’un point de presse, le 22 octobre. Il a continuer de marteler que la santé passe avant tout.  

«On aurait aimé ça voir une diminution du nombre nouveaux cas, mais ça semble être vraiment comme un peu gelé à 1 000 nouveaux cas par jour», a-t-il déploré en soulignant que le système de la santé ne peut supporter ce nombre de nouveaux cas quotidiens.

Par exemple, «tous ceux qui sont capables de faire du télétravail doivent faire du télétravail», a précisé M. Legault.

Il a répété avoir besoin de la collaboration de tous les Québécois et d’un grand effort collectif pour sauver le réseau de la santé et sauver des vies.

«On ne souhaite pas ajouter de consignes. On regarde à Boston, qui a fermé toutes les écoles publiques, moi, c’est la dernière chose que je veux faire», a-t-il assuré.

Trois étapes

Le premier ministre a détaillé les trois étapes successives auxquelles le Québec fait face avec la COVID-19.

«Ça fait trois semaines qu’on a 1 000 cas par jour, une partie de ces cas deviennent des hospitalisations, puis une partie de celles-ci deviennent des décès», a-t-il expliqué.

Il a insisté sur le fait que «20 décès, ce n’est pas juste des statistiques, c’est du vrai monde; des pères, des mères de famille, des amis. […] Tous ceux qui critiquent ou qui ont le goût de critiquer les consignes, bien pensez à ces personnes-là qui sont décédées».

M. Legault a comparé l’état de la province aux autres pays, où «la situation empire tous les jours». Aux États-Unis, en France et au Royaume-Uni, soit ceux qui nous ressemblent le plus selon le premier ministre, «la situation est pire qu’ici à tous les niveaux».

On comptait 122 nouveaux cas par million au Québec hier. On en rapportait 192 aux États-Unis, 392 au Royaume-Uni, puis 410 en France. En termes d’hospitalisations, soit la deuxième étape, on comptait 65 personnes hospitalisées en raison de la COVID-19 par million d’habitants au Québec. Il y en avait 95 au Royaume-Unis, 122 aux États-Unis et 203 en France. Finalement, le premier ministre a comparé les décès. Au Québec, on en recensait 2,4 par million d’habitants, 2,5 en France, 2,8 au Royaume-Unis et 3,7 aux États-Unis.

«Est-ce que c’est ça qui s’en vient ici? On sait qu’en Europe, la première vague est arrivée avant chez nous», a-t-il soulevé ajoutant que c’est très inquiétant.

«La deuxième vague est là et est très forte partout dans le monde, c’est une situation qui est grave», a également affirmé M. Legault.

Restaurants

Le premier ministre a reconnu entendre les critiques, notamment des propriétaires de restaurants qui affirment que les consignes étaient respectées lorsqu’ils étaient ouverts.

«C’est une question de risques. Il y a des personnes qui, quand elles vont au restaurant ou dans d’autres activités, ne respectent pas la consigne du deux mètres. Ce n’est pas la faute des propriétaires de restaurants», a-t-il admis.

Il a soutenu que la réouverture des restaurants augmente le risque de propagation.

En réponse aux questions des journalistes au sujet de la possibilité que la fermeture soit prolongée, M. Legault a indiqué que le gouvernement continue d’évaluer la situation avec la Santé publique avant de se prononcer. Il devrait le faire en début de semaine prochaine, a-t-il laissé savoir.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires