Samuel Trépanier connaît son jour de gloire en Super Bike

Par Denis Bourbonnais
Samuel Trépanier connaît son jour de gloire en Super Bike
Samuel Trépanier, pilote de l’écurie «Blysk Racing» (no 14), a poussé son engin à la limite pour savourer sa première victoire dans la série «Mopar National Pro Superbike Championship» à Bowmanville (Ontario). (Photo : Photo: gracieuseté de Marcel Kutschenreuter)

 CHAMPIONNAT CANADIEN DE SUPERBIKE. A sa 4e saison au Championnat canadien de Superbike, le mannequin professionnel et pilote natif de Sainte-Barbe, Samuel Trépanier vient de connaître l’extase d’une victoire dans la finale d’un événement de cette prestigieuse série.

Près de trois mois après avoir été épargné miraculeusement des blessures lors d’une embardée spectaculaire à Shannonville (Ontario), le coureur âgé de 31 ans a réussi l’exploit de sa carrière en compétition quand il a enlevé les honneurs de la 6e manche du circuit national à la piste «Canadian Tire Motorsport» de Bowmanville en Ontario.

«C’est le fruit des efforts déployés depuis quelques années en terme de travail sur la machine, de rodage, d’entraînement, de force mentale et surtout, d’investissement. Je dédie cette victoire à ma copine, Béata (Marszalik) qui me soutient dans cette aventure depuis le tout début», a exprimé Trépanier, qui a fait le tour d’honneur accompagné sur son bolide de son amoureuse originaire de la Pologne.

Samuel est venu près à quelques reprises de monter sur la plus haute marche du podium depuis qu’il a fait le saut chez les professionnels, ayant obtenu des résultats de 2e et 3e places. Cette fois-ci, rien n’a pu arrêter le Barberivain de souche qui a dominé pendant les 20 tours de l’épreuve, filant à des vitesses de pointe pouvant atteindre plus de 300 km/h.

Vainqueur à la piste «Canadian Tire Motorsport», Samuel Trépanier exultait de joie sur la plus haute marche du podium. (Photo : Gary Maavara)

Or, pouvant difficilement être rassasié, le pilote s’en veut de ne pas avoir remporté la 7e et dernière manche du Championnat canadien 2019, le lendemain sur la même piste connue jadis sous l’appellation de «Mosport». Trépanier a pris le 2e rang à quelques centièmes de seconde du gagnant, l’Ontarien Kenny Reidmann, mais c’est la façon dont le Québécois a été privé de la victoire qu’il n’a pas digéré.

«Il m’a rentré dedans de manière dangereuse dans un virage avant le dernier tour et j’ai dû lâcher prise pendant 1,2 seconde. Cette faute a fait la différence car il m’a devancé par 0,027 secondes à l’arrivée», a relaté Trépanier qui a logé deux protêts auprès des officiels, sans toutefois avoir gain de cause.

«En plus, Reidman a intentionnellement fait revoler des débris vers ma moto à une autre occasion. Mon radiateur était perforé et il ne contenait presque plus d’eau. J’ai fait appel de la décision et le tribunal a reconnu les infractions mais aucune pénalité n’a été imposée à Reedman», d’ajouter celui qui a tout de même arraché un second podium en autant de courses à Bowmanville.

Trépanier a admis avoir pris un départ difficile lors de cette épreuve du dimanche. Reculé au 11e échelon, il a fait une remontée et à mi-chemin dans l’épreuve de 20 tours, Samuel menait la course. «J’étais leader et j’ai pris un des tournants un peu plus large. C’est là que Reidman m’a frappé et son geste n’était pas légal à mon avis», estime le résident de Saint-Isidore, qui a terminé 3e au classement cumulatif de la série remportée par Ben Young, de Colingwood (Ontario) et originaire de l’Angleterre.

L’amertume ressentie par Samuel Trépanier pourrait l’inciter à bouder le circuit canadien de Superbike l’an prochain et de tenter sa chance aux États-Unis, où le budget d’opération est cependant plus élevé. Entre temps, à son retour d’un tournage aux Iles Canaries, l’ex-organisateur du «Motocross Valleyfield»  mijote un projet de télésérie portant sur sa double carrière de mannequin et pilote.

En terminant, Samuel Trépanier désire remercier tous les commanditaires qui l’ont appuyé au cours de la dernière saison.

Le pilote mannequin originaire de Sainte-Barbe a fait le tour d’honneur accompagné sur son bolide de son amie de cœur, Béata Marszalik, qui avait le drapeau quadrillé en main. (Photo: Damian Pereira)
Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des