Productivité améliorée chez le Groupe Tremblay

Par Yanick Michaud
Productivité améliorée chez le Groupe Tremblay
La ministre Mélanie Joly était de passage à Saint-Anicet pour annoncer un investissement chez le Groupe Tremblay et en a profité pour faire une visite de l’usine et discuter avec les employés. (Photo : Photo Journal Saint-François - Pierre Langevin)

Les affaires vont plutôt bien pour le Groupe Tremblay de Saint-Anicet et une nouvelle subvention de 925 925 $ permettra à l’entreprise régionale de développer de nouveaux produits.  

La ministre du gouvernement fédéral, Mélanie Joly est venue annoncer la contribution non remboursable de Développement économique Canada pour les régions du Québec, dans les locaux de l’usine, un fleuron de la région. « J’ai déjà été en affaires. Mon conjoint est entrepreneur et je sais que c’est un défi de tous les instants. Nous voulons appuyer les entrepreneurs. Comme gouvernement nous voulons les défendre. Afin qu’ils puissent innover, maintenir les emplois », dit la ministre. Elle parlait ainsi au nom de son collègue Navdeep Bains, ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique.

Un ajout important

Pour Jean-Pierre Tremblay, à la tête de l’entreprise familiale, il s’agit d’un moment important dans l’histoire du groupe qui œuvre dans la fabrication et l’installation de structures d’acier. « Nous sommes en pleine croissance et nous gardons le cap pour demeurer un employeur de choix dans la région. L’appui du gouvernement fédéral permettra d’acquérir les équipements nécessaires afin d’optimiser notre approche numérique et nos ressources à travers l’automatisation de certains de nos procédés », explique le jeune homme qui fait partie de la relève de l’entreprise.

L’équipement technologique de dernière génération dont se portera acquéreur le Groupe Tremblay est un robot porteur d’AGT Robotics. Il permettra d’implanter un nouveau procédé de fabrication pour les plaques cathodiques. Il pourra aussi automatiser le secteur de production. « Ça nous rendra plus performants et efficaces. Ça palliera également à l’un des enjeux majeurs auquel plusieurs industries de la région font face. L’attraction et la rétention de la main-d’œuvre. L’équipement en question comblera des postes pour lesquels les travailleurs se font rares. Le robot fournira le travail de cinq soudeurs. Ceux-ci se font rares dans la région », plaide Jean-Pierre Tremblay.

Appuyer les entreprises

« Les tarifs imposés par les États-Unis lors de la renégociation de l’ALENA nous ont forcés à revoir nos manières de faire. Nous avons trouvé le moyen de contrer les tarifs exigés. Et l’argent récupéré est redonné aux entreprises. En nous dotant de cette stratégie pour appuyer les entreprises dans les secteurs de l’acier et de l’aluminium, nous avons choisi de soutenir les entreprises canadiennes innovantes qui trouvent de nouvelles façons de créer de la valeur et qui cherchent à conquérir de nouveaux marchés », lance Mélanie Joly. Elle ajoute que Groupe Tremblay a démontré son savoir-faire et sa volonté d’assurer sa croissance en plus de créer des emplois bien rémunérés pour la classe moyenne.

Groupe Tremblay subvention Joly
Jean-Pierre Tremblay, à la tête du Groupe Tremblay était heureux d’apprendre la nouvelle. Elle lui permettra d’optimiser l’approche numérique et de contrer la pénurie de main-d’œuvre dans le domaine de la soudure.

En ce sens, Groupe Tremblay a effectivement créé cette année la compagnie K2 échafaudage. Elle complémentera ses services de maintenance industrielle. « Nous avons créé 25 nouveaux emplois dans la région. De plus, nous avons bonifié la structure de postes. Nous y ajoutons des chargés de projets, des acheteurs, un directeur des ressources humaines, des ingénieurs et des dessinateurs. Ces ajouts étaient nécessaires pour nous permettre de poursuivre notre expansion », conclut Jean-Pierre Tremblay.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des