«On limite nos contacts au maximum», réitère la Santé publique de la Montérégie

Par Vicky Girard
«On limite nos contacts au maximum», réitère la Santé publique de la Montérégie
Dre Julie Loslier, s’est adressée à la population de la région, dans une vidéo publiée le 7 octobre, afin de lui rappeler, à l’aube de la fin de semaine de l’Action de grâce, qu’il est primordial de limiter les contacts sociaux et familiaux. (Photo : Capture d'écran - Facebook)

Devant un nombre record de nouveaux cas de COVID-19 cette semaine en Montérégie, la directrice de la Santé publique du territoire, Dre Julie Loslier, s’est adressée à la population de la région, dans une vidéo publiée le 7 octobre, afin de lui rappeler, à l’aube de la fin de semaine de l’Action de grâce, qu’il est primordial de limiter les contacts sociaux et familiaux.

À LIRE AUSSI: COVID-19 : près de 90 cas actifs dans la région

La recrudescence de nouvelles personnes infectées par le coronavirus est accompagnée d’une hausse du nombre d’éclosions dans les milieux de travail et dans les écoles, fait-elle savoir, ajoutant que le virus circule dans la communauté.

«On veut tous que cette courbe cesse d’augmenter.»

-Dre Julie Loslier, directrice de la Santé publique en Montérégie

Les milieux de vie pour aînés ne sont pas épargnés, dit-elle, et le nombre d’hospitalisations est également en hausse.

Dre Loslier rappelle que les mesures restrictives visent toujours à protéger les personnes plus vulnérables. Ce, même si les cas s’avèrent toucher des individus plus jeunes en cette deuxième vague.

Elle relate que les taux d’infection sont plus élevés dans la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et évoluent plus rapidement.

«Je sais que les efforts demandés aux populations qui résident dans les zones rouges sont plus importants», reconnaît-elle.

Ainsi, rappelons qu’en date du 8 octobre, de nouvelles mesures dans les écoles sont appliquées, soit le port du masque au secondaire, la restriction des bulles-classes, la suspension des activités parascolaires, à l’extérieur de l’école et des sports de groupe.

Qu’on soit en zone rouge ou orange, «on limite au maximum nos contacts sociaux et familiaux», exhorte Dre Loslier.

Elle souligne la collaboration avec les milieux scolaires ainsi que les étudiants.

Dépistage

Dre Loslier s’est dit au fait des commentaires concernant les longs délais pour recevoir des résultats de dépistage.

«Tout le monde travaille pour qu’on puisse raccourcir ces délais-là et augmenter les capacités. En parallèle, on doit concentrer le dépistage vers les gens qui en ont le plus besoin», soit ceux qui ont des symptômes de la COVID-19 ou qui ont été en contact avec des cas positifs, précise-t-elle.

La directrice de santé publique fait le point sur la pandémie.

Posted by Direction de santé publique de la Montérégie on Wednesday, October 7, 2020

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
2 Commentaires
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Diane
Diane
1 mois

Dénoncer….
J’ai demandé de l aide…..j’abandonne.
A ma job ….ya plein de gens de zone rouge.
Je suis épuisée…..j abandonne.

Benoit
Benoit
1 mois

Sa fait un an qu’on se prive arrêter de faire au monde