Michèle Cyr-Lemieux à la tête de la Fondation de l’Hôpital

Par Yanick Michaud
Michèle Cyr-Lemieux à la tête de la Fondation de l’Hôpital
Michèle Cyr-Lemieux a été félicitée par sa prédécesseure Kathleen Favreau O'Brien comme directrice générale de la Fondation de l'Hôpital du Suroît et accueillie par le président du conseil d'administration Gino Napoleoni. (Photo : Photo Journal Saint-François - Pierre Langevin)

Aguerrie en matière de philanthropie, leader participatif et près des gens, Michèle Cyr-Lemieux promet d’être l’ambassadrice de choix pour la Fondation de l’Hôpital du Suroît. Elle vient d’en être nommée la directrice-générale.

« C’est une personne que nous avons choisie pour perpétuer la mission. Elle a de l’expérience en philanthropie et nous sommes fiers de notre choix », mentionne Gino Napoleoni, président du conseil d’administration de la Fondation.

La jeune femme qui demeure à Pincourt depuis maintenant trois ans et demi a donné naissance à son fils à l’Hôpital du Suroît l’été dernier. « Dès lors, je suis tombée en amour avec les gens là-bas. Et maintenant, je me sens choyée de faire partie de l’équipe », dit celle qui a tenu à remercier celles qui sont parties récemment, en léguant une Fondation en santé.

D’ailleurs, l’ancienne directrice générale, Kathleen Favreau O’Brien, maintenant à l’emploi de Desjardins, était présente pour souhaiter bonne chance à celle qui lui succède. « Je suis émue de voir tout ça et je remercie les gens de croire à la Fondation et de la faire vivre. De la faire durer dans le temps », lance celle qui a été à sa tête pendant cinq ans.

De l’expérience sur le terrain

Michèle Cyr-Lemieux est une personne d’expérience en gestion philanthropique. Détentrice d’un certificat en gestion philanthropique, la jeune mère de famille œuvre auprès d’organismes à but non lucratif depuis 2009. Ainsi, elle occupait jusqu’à sa nomination le poste de directrice du développement des affaires pour Academos, un organisme de bienfaisance de Montréal qui aide les jeunes de 14 à 30 ans à concrétiser leur projet de vie professionnelle. Elle y a notamment déployé des stratégies de croissance pour développer de nouveaux partenariats avec la communauté d’affaires.

La nouvelle directrice générale est reconnue entre autres pour son altruisme et son leadership. Des valeurs en adéquation avec celles de la Fondation. Engagée dans sa communauté, elle a été présidente du conseil d’administration du Carrefour Jeunesse-emploi Notre-Dame-de-Grâce. Essentiellement, son expérience auprès d’une clientèle plus jeune est un atout pour faire face à un défi important. Celui de renouveler et de rajeunir les donateurs et bénévoles de la Fondation.

Gino Napoleoni s’est réjoui. « De toute évidence, malgré les nombreux changements, nous avons une Fondation en santé, qui se porte bien. Merci à tous ceux qui sont là, pour les efforts déployés. » Il en a profité pour remercier Marie-Laure Prunier, qui œuvre depuis 18 ans à la Fondation et qui a repoussé sa retraite pour tenir les rênes après le départ de Kathleen Favreau O’Brien et de deux autres employées, Maude Daoust et Véronique Lalande à quelques semaines d’avis au cours des derniers mois.

Nonobstant, la Fondation a atteint son objectif d’un million de dollars pour la campagne qui devait se terminer incessamment. Finalement, le Défi Machu Picchu poursuit sa route avec plus de 75 000 $ récoltés sur l’objectif de 100 000 $ pour les 32 participants. Ceux-ci prendront part au 3e défi sportif de la Fondation en septembre prochain.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des