VIDÉO – Les maires demandent à rencontrer le ministre de la Santé

Par Mario Pitre
VIDÉO – Les maires demandent à rencontrer le ministre de la Santé
Le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux, entouré des préfètes Maude Laberge (MRC de Beauharnois-Salaberry) et Louise Lebrun (MRC Haut-Saint-Laurent), de même que des maires Réjean Beaulieu (Saint-Urbain-Premier), Pierre Poirier (Godmanchester) et Bruno Tremblay (Beauharnois). (Photo : Journal Saint-François M.P.)

Dans une vaste offensive politique, les maires des MRC de Beauharnois-Salaberry et du Haut-Saint-Laurent demandent à rencontrer le ministre de la Santé, Christian Dubé, pour lui faire part de leur opposition au transfert de divers services de l’Hôpital du Suroît vers le futur Hôpital de Vaudreuil-Soulanges.

« On passe maintenant à une étape supérieure », a déclaré le maire de Salaberry-de-Valleyfield lors d’une rencontre de presse à laquelle participaient les préfètes Maude Laberge (MRC de Beauharnois-Salaberry) et Louise Lebrun (MRC Haut-Saint-Laurent), de même que les maires Bruno Tremblay (Beauharnois), Pierre Poirier (Godmanchester) et Réjean Beaulieu (Saint-Urbain-Premier).

Le maire faisait ainsi référence à l’importante mobilisation populaire qui s’est manifestée au cours des dernières semaines, en réaction à ces transferts de services.

Le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux et les préfètes Maude Laberge (MRC de Beauharnois-Salaberry) et Louise Lebrun (Haut-Saint-Laurent) ont fait état des impacts négatifs du transfert de certains services médicaux vers le futur hôpital de Vaudreuil-Soulanges. (Photo Journal Saint-François M.P.)

Pétition de plus de 6500 signatures, résolutions unanimes des deux MRC et de 12 municipalités, sans compter l’opposition manifestée par une trentaine d’organismes communautaires, sept syndicats et le milieu des affaires via la Chambre de commerce.

Les maires ont cependant tenu à préciser que cette unanimité n’allait pas à l’encontre du projet d’hôpital dans Vaudreuil-Soulanges, où les besoins sont existants, mais qu’il s’agit d’une question d’équité.

« Quand il a été question de transfert de services, on s’est rendu compte que ce n’était pas comme on l’avait perçu au départ », a indiqué M. Lemieux, en faisant référence à la dizaine de spécialisations destinée à prendre le chemin de Vaudreuil-Dorion.

Il a rappelé que dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre, il faut que la région demeure attractive pour les travailleurs, particulièrement en santé.

«Déshabiller Pierre pour habiller Paul»

C’est ainsi qu’a imagé la préfète Maude Laberge quant au transfert de services planifié par le CISSSMO. Une mesure qui aura un impact négatif sur le développement de la région. « Comment peut-on attirer des familles chez nous si l’hôpital devient un gros CLSC ? »

Pour la préfète de Beauharnois-Salaberry, il est question de bonne cohésion interrégionale à atteindre.

2e coup dur pour le Haut-Saint-Laurent

La perte de services en gynécologie et pédiatrie apparaît d’ailleurs encore plus pénible pour la population du Haut-Saint-Laurent, a rappelé la préfète Louise Lebrun. La région a déjà subi la fermeture du service des naissances à l’hôpital Barrie Memorial il y a quelques années.

« Faire une heure de route, traverser deux ponts, un pont-levis et un pont payant, ça peut être assez stressant quand tu es sur le point de donner naissance à un enfant », a-t-elle signalé.

Miguel Lemieux a aussi noté le nombre de familles à faible revenu dans la région, parfois sans transport et des mamans susceptible de grossesses à risque, dont le suivi risque de devenir plus difficile.

Les maires estiment qu’il n’est pas trop tard pour apporter des modifications au plan clinique du futur hôpital et c’est ce qu’ils veulent signifier au ministre Dubé.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires