Les canaux de Saint-Zotique: 10 ans de dragage qui pourraient commencer l’automne prochain

Les canaux de Saint-Zotique: 10 ans de dragage qui pourraient commencer l’automne prochain
Le dragage des canaux pourrait s'amorcer l'automne prochain à Saint-Zotique. Des travaux pour une période de 10 ans évalués entre 5 et 8 millions $. (Photo : (Photo Journal Saint-François - Archives Pierre Langevin))

Les canaux de Saint-Zotique affichent le poids des années. Ce qui est ressenti par une baisse de la profondeur de ses 12 km navigable. La municipalité souhaite entreprendre l’automne prochain des travaux qui se dérouleront sur une période de 10 ans et dont la facture est évaluée entre 5 et 8 millions $.

Lundi, la séance d’information du Bureau d’audience publique en environnement (BAPE) représentait une étape importante dans le processus amorcé il y a près de 10 ans. Elle pourrait déboucher sur le décret gouvernemental qui donnerait l’aval aux travaux. Ceux-ci seraient assujettis à des certificats d’autorisation émis par le ministère de l’Environnement.

Le secteur Est de Saint-Zotique, Notre-Dame-des-Rivières, a vu les canaux se creuser dans les années 50-60. On y dénombre six secteurs, 25 canaux et 12 km de voie navigable.  La profondeur était à l’époque de 2,5 m; celle-ci a toutefois diminué à une moyenne de 1 m.

L’envasement des canaux engendre une prolifération de plantes aquatiques, dont des espèces envahissantes, ce qui nuit à une navigation sécuritaire. Quelques causes provoquent la sédimentation, dont le batillage et l’écoulement des terres agricoles. À cet effet, le maire Yvon Chiasson a indiqué que 95 % des bandes riveraines en amont du lac, sont respectées. «À la MRC, on a lancé un projet pour sensibiliser le milieu agricole et il y a plus de surveillance, a-t-il indiqué. Ça s’est amélioré avec les années et la municipalité n’a pas eu à sévir. »

L’étude d’impact réalisée

Depuis 20 ans, Saint-Zotique procède au faucardage pour nettoyer le fond marin. Du dragage a aussi déjà été réalisé au fil des ans. Mais cette fois-ci, on envisage agir directement à l’embouchure des canaux. Sur une distance de 150 m vers le lac Saint-François. À une profondeur minimale de 1,4 m. Ce qui, selon Jean Lavoie de la firme WSP, pourrait donner des effets bénéfiques sur plusieurs années. «On n’a pas d’informations détaillées pour prédire ce qui va se passer, a-t-il dit. On aura à faire des relevés périodiques. Mais dans les canaux, il n’y a pas eu de travaux depuis la construction. On évalue à 2 cm de sédiments par année qui viendront au fond. » Une estimation qui donne une marge de manoeuvre de plusieurs décennies.

Différentes mesures sont envisagées pour atténuer les impacts environnementaux. Les travaux seraient réalisés l’hiver, en dehors de la période de fraie du crapet soleil, de la perchaude ou de l’achigan à grande bouche qui vivent dans le secteur. Des rideaux de turbidité viendraient aussi protéger les zones. Quant aux sédiments puisés, ils devront être traités comme un sol. Ils seront disposés vers un bassin prévu à cet effet. Ils pourront ensuite servir de remblai.

Le dragage d’un embouchure nécessite 1-2 jours de travaux. La saison de navigation ne sera donc pas en péril au moment venu.

L’augmentation de la qualité de vie des riverains, la stimulation de l’économie locale et régionale ainsi que des activités nautiques et aquatiques dans un cadre sécuritaire comme la préservation de l’attractivité des canaux et le maintien des valeurs foncières des riverains représentent les impacts positifs des travaux.

Selon les priorités

Le budget annuel de Saint-Zotique se situe à 14 M $. Or, l’ensemble des travaux commandera un montant évalué entre 5 et 8 M $, soit entre 100 000 $ et 250 000 $ par canal. «Le conseil va y aller par priorité, prévient le maire Chiasson. On va faire les canaux problématiques en premier. On va aussi y aller avec la capacité de payer des citoyens. » Le coût de ces travaux incombera à l’ensemble des citoyens.

La taxe de valorisation, qui apporte 200 000 $ par année dans les coffres de la municipalité, pourrait être utilisé à cet effet.

On estime qu’on pourrait creuser deux embouchures par année. Auparavant, on a déjà dragué quatre canaux la même année.

Dans le secteur des canaux, on retrouve près de 700 maisons. La majorité des propriétaires ont une embarcation nautique. On estime à 173 M $ la valeur foncière des canaux.

Les citoyens ont jusqu’au 13 novembre pour consulter le rapport disponible sur le site du BAPE. Si aucune consultation publique ou médiation n’est nécessaire, le décret gouvernemental pourrait survenir vers la fin de l’année ou au début de 2021. Pour la décennie suivante (2021-2030), une demande d’autorisation ministérielle sera nécessaire pour chaque dragage.

À lire sur la situation des canaux

Patience pour les canaux à Saint-Zotique

Des canaux sur fond de controverse

Canaux à Saint-Zotique: une pétition circule

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires