Les berges de la baie Saint-François feront l’objet de travaux majeurs

Les berges de la baie Saint-François feront l’objet de travaux majeurs
Un important chantier vise à stabiliser les berges et améliorer son offre récréotouristique.

Trois kilomètres de berges nécessitent d’être restaurés autour de la baie Saint-François. La Ville va en profiter pour bonifier les travaux avec des éléments récréotouristiques pour maximiser l’utilisation de différents endroits autour de ce plan d’eau, un projet qui pourrait coûter 27 millions $.

Le point de départ de ce projet concerne la stabilisation des berges. Celles-ci menacent de s’affaisser et l’érosion gruge du terrain. Ici, il y aura la stabilisation de cette portion riveraine et l’ajout de végétation.

La réalisation de ce projet est prévue d’ici 3 à 5 ans. Le tout dépend des impératifs financiers que ce soit le budget municipal ou l’obtention de subvention. La somme de 27 millions $ est avancée depuis 2017, mais le budget est en cours de révision.

Impacts environnementaux

Les différents consultants assurent qu’aucun arbre ne sera retiré. On ajoutera même une végétation adaptée.

Les autres impacts pour l’environnement concernent principalement l’habitat du poisson. Des pertes permanentes d’habitat sont possibles. Des herbiers aquatiques seront donc créés à l’extrémité de la rue Lynch, près de la nouvelle rampe de mise à l’eau (voir plus bas) et à la Pointe-aux-Anglais. Aucun travail n’est prévu du 15 mars au 15 juillet, période de frai pour les espèces.

On va limiter les travaux afin de ne pas perturber les activités nautiques et récréotouristiques habituelles.

Les autres impacts environnementaux comme le bruit où la contamination du sol ont été étudiés. Des mesures compensatoires sont prévues à cet effet. On peut d’ailleurs consulter le document en ligne sur le site du Bureau des audiences publiques en environnement. Il y a possibilité de demander une consultation publique ou une médiation jusqu’au 26 juin.

Parc Sauvé

Six endroits sont projetés autour de la baie. Le site le plus pressant se situe dans le parc Sauvé. On prévoit ajouter une plage urbaine et une terrasse qui va ceinturer la Tour des Régates. Celle-ci sera rénovée et un belvédère accessible à la population sera ajouté.

Non loin à la Pointe MacPherson, un site d’interprétation historique est envisagé. On ajoutera 39 emplacements temporaires à partir de quais flottants près du quai fédéral. Celui-ci sera rénové et avec le mur berlinois qui sera construit, possèdera 130 m de long, ce qui facilitera l’amarrage de croisiéristes.

Impacts environnementaux

Les différents consultants assurent qu’aucun arbre ne sera retiré. On ajoutera même une végétation adaptée.

Les autres impacts pour l’environnement concernent principalement l’habitat du poisson. Des pertes permanentes d’habitat sont possibles. Des herbiers aquatiques seront donc créés à l’extrémité de la rue Lynch, près de la nouvelle rampe de mise à l’eau (voir plus bas) et à la Pointe-aux-Anglais. Aucun travail n’est prévu du 15 mars au 15 juillet, période de frai pour les espèces.

On va limiter les travaux afin de ne pas perturber les activités nautiques et récréotouristiques habituelles.

Les autres impacts environnementaux comme le bruit où la contamination du sol ont été étudiés. Des mesures compensatoires sont prévues à cet effet. On peut d’ailleurs consulter le document en ligne sur le site du Bureau des audiences publiques en environnement. Il y a possibilité de demander une consultation publique ou une médiation jusqu’au 26 juin.

Parc Sauvé

Six endroits sont projetés autour de la baie. Le site le plus pressant se situe dans le parc Sauvé. On prévoit ajouter une plage urbaine et une terrasse qui va ceinturer la Tour des Régates. Celle-ci sera rénovée et un belvédère accessible à la population sera ajouté.

Les berges de la baie Saint-François feront l’objet de travaux majeurs sur une période évaluée de 3 à 5 ans.

Non loin à la Pointe MacPherson, un site d’interprétation historique est envisagé. On ajoutera 39 emplacements temporaires à partir de quais flottants près du quai fédéral. Celui-ci sera rénové et avec le mur berlinois qui sera construit, possèdera 130 m de long, ce qui facilitera l’amarrage de croisiéristes.

Parc Marcil

Le parc Marcil constatera la disparition du stade Kitoute-Joannette. Ce terrain de baseball est construit sur un ancien dépotoir et les matières résiduelles sont presque affleurantes. Le conseil de ville est déjà préoccupé par la disparition de ce terrain et recherche un endroit pour construire un stade aux dimensions pour les joueurs plus âgés.

La situation est urgente pour les berges de la baie Saint-François.

Un stationnement, d’une dimension de 50 cases pour les plaisanciers et 96 autres pour les remorques y sera érigé. Ce site pourra servir au remisage des embarcations une fois la saison terminée.

Parce que non seulement la rampe de mise à l’eau actuelle demeure en place, mais une rampe à deux voies avec des quais flottants et un brise-lames permettra à de plus grosses embarcations de mouiller leur coque.

Où se déroule le Rodéo international Valleyfield, on retrouvera une piste multifonctionnelle, des sentiers et une plaine événementielle.

Marina

Sur le site de la marina, la langue de terre sera renaturalisée et aménagée des deux côtés. Une zone de démâtage sera ajoutée et les cabions seront stabilisés. Le poste d’essence et le quai seront reconstruits; les pompes sont notamment arrivées à leur fin de vie utile.

Autres sites

La Pointe-aux-Anglais, le parc Cauchon et trois endroits distincts en bordure du boul. Du Havre sont aussi concernés par les travaux. On parle surtout d’ajout de végétation, de renaturalisation de la bande riveraine avec l’ajout de placettes en bois ou d’aires de repos.

Partager cet article

1
Laisser un commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
Pierre Spénard Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Me notifier des
Pierre Spénard
Guest
Pierre Spénard

Cette nouvelle me réjouit! Depuis déjà près de 20 que j’habite la région, je me suis toujours désolé de voir que l’accès à l’eau pour les embarcations de voile légère ne figurait dans aucune démarche concrète de la Ville. Il y eu des maquettes, de belles intentions, mais aucune réalisation. La voile est loisir de prédilection pour cette Ville. La Ville devrait voir revivre une activité nautique diversifiée dans la baie. L’aménagement des berges est l’occasion de faire un développement durable, c’est-à-dire socialement viable, respectant l’environnement et ayant un impact économique direct sur la région. Rêvons grand!