Les bancs de l’église Sacré-Cœur au Sénégal

Par Yanick Michaud
Les bancs de l’église Sacré-Cœur au Sénégal
Les bancs de l’église Sacré-Cœur, récemment fermée, ont pris la direction du Sénégal afin de desservir un nouveau lieu de culte. (Photo : Courtoisie Peter Rozon)

On a procédé samedi au démantèlement de 46 bancs de l’église Sacré-Cœur. Ils ont pris la direction du Sénégal.

« C’est une demande que nous avons eue au diocèse. Des gens qui ont connu Serge Marcil. Par le biais de sa fondation. Ils ont vu que nous avions des objets disponibles. Nous avons donc fait parvenir 46 bancs et une multitude d’objets liturgiques. C’est un beau geste missionnaire et ça va servir. Nous avons deux autres envois prévus. C’est une église démunie. Des gens qui n’ont pas beaucoup d’argent. Alors ça fait plaisir », explique l’abbé André Lafleur.

Les bancs ont pu être envoyés en Afrique à cause de gens altruistes. « Des dons de gens qui ont connu la fondation et qui croient au projet. En plus, si ça peut servir. On s’entraide », affirme-t-il. André Lafleur ajoute que beaucoup de projets sont sur la table pour l’église. « Tout a été bousculé par la pandémie. Mais il y a des choses qui se parlent. »

Rappelons que l’église Sacré-Cœur a récemment fermée ses portes pour des difficultés financières. 

Une réouverture attendue

En ce qui a trait à un éventuel retour aux lieux de culte, l’abbé Lafleur demeure confiant du bon déroulement des choses.

« Tout est organisé. On a un protocole pour la réouverture. L’église est organisée. Les bancs sont assignés. Mais il y a autres choses à voir. Il n’y aura plus de servants de messe. La chorale devra agir différemment. Nous devrons prendre des précautions en ce qui concerne les micros, pour ne pas propager le virus. On devra porter des gants pour manipuler les objets liturgiques », explique celui qui croit cependant que tout est fait pour assurer une sécurité.

« L’assemblée des évêques, l’Organisation mondiale de la Santé, le gouvernement, la Santé publique. Tout le monde a fait ses devoirs pour donner sécurité et confiance aux gens. Tout est prêt. Nous attendons le go du gouvernement », conclut en rigolant l’abbé qui continue à faire rire malgré la situation actuelle.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des