Le Prix Reynald-Piché 2019 au sculpteur Georges Tardif

-
Le Prix Reynald-Piché 2019 au sculpteur Georges Tardif
Georges Henri Tardif pose ici au côté de l’une de ses œuvres avec Claire Piché, épouse de feu-Reynald Piché. (Photo : Journal Saint-François Gracieuseté)

Le Prix Reynald-Piché 2019 a été décerné le mercredi 12 juin au sculpteur Georges Henri Tardif de Beauharnois, dans le cadre d’un événement protocolaire qui s’est déroulé au siège social de la MRC de Beauharnois-Salaberry.
Natif de Montmagny, mais Beauharlinois d’adoption depuis l’âge de 7 ans, M. Tardif poursuit ses études académiques au collège St-Viateur et découvre avec son père l’amour de la nature.
Adepte de randonnée, M. Tardif découvre aussitôt la richesse des propriétés du bois comme matériau et ne tarde pas à faire ses premières armes en sculpture en gossant les arbres du Bois Robert.
Il poursuit ensuite ses études à l’École des arts et métiers de Salaberry-de-Valleyfield et suit une formation spécialisée en dessin au Collège Stanislas de Montréal. Après un bref séjour au Nouveau-Brunswick, voilà qu’il est de retour à Beauharnois où il travaillera comme machiniste chez Alcan pendant une douzaine d’années.
Mais pendant toutes ces années, cet artiste autodidacte ne se lasse pas d’approfondir ses connaissances en sculpture et se laissera même tenté par la musique. Dans les années 1960, voilà qu’il commence littéralement à vivre de son art en exposant au côté d’artistes reconnus, comme Armand Vaillancourt, et en se forgeant graduellement une clientèle qui lui adresse des commandes.

La remise du Prix s’est effectuée en présence de Gaétan Ménard, représentant élu au sein du Conseil de la culture de la MRC de Beauharnois-Salaberry et maire de Saint-Étienne-de-Beauharnois, Claire Piché (épouse de feu Reynald Piché), Bruno Tremblay, maire de Beauharnois, le récipiendaire, le sculpteur et artiste Georges Henri Tardif, Maude Laberge, préfète de la MRC et mairesse de Sainte-Martine, Catherine Parent, coordonnatrice au développement culturel à la MRC, Karine Landerman, présidente du Conseil de la culture de la MRC et Anne Bouthillier, coordonnatrice à la Culture et à la vie communautaire à la Ville de Beauharnois. (Photo Journal Saint-François Gracieuseté)

Avec l’arrivée des années 1970, M. Tardif se bâtit une maison à Sainte-Martine où il donnera naissance en 1977 au « Reflet d’Antan », une réplique d’un pittoresque village d’autrefois avec maisonnettes, boutique d’artisanat, atelier de sculpture, restaurant, et même un théâtre d’été !
De retour à Beauharnois en 1987, l’artiste se consacre alors de plus en plus à l’enseignement. Aujourd’hui, M. Tardif sculpte toujours dans son atelier de la rue St-André à Beauharnois et continue d’explorer différents médiums et à réaliser de magnifiques sculptures.
Son profil artistique démontre qu’il a réalisé plus de 80 oeuvres originales au fil de plus de 65 ans de carrière, et ceci, sans compter toutes les pièces non documentées qu’il a pu réaliser à gauche et à droite ainsi que les toiles qu’il a pu peindre au cours de sa prolifique existence. (M.P.)

Les récipiendaires
2019 – Georges Tardif, sculpteur
2018 – André Desrochers, cinéaste
2017 – Denis Poirier, sculpteur
2016 – Claude H. Vallée, artiste multidisciplinaire
2015 – Jean-Marc Larrue, professeur et chercheur en théâtre
2014 – Yvon St-Aubin, artiste en arts visuels
2013 – Marcel Labelle, chercheur en histoire et ex-journaliste
2012 – Roland Viau, anthropologue et historien
2011 – Jean-Pierre Leduc, comédien, fondateur de Valspec
2010 – Stéfane Bougie, sculpteur
2009 – Reynald Piché, artiste multidisciplinaire

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des