Le détenu décédé de la COVID-19 avait demandé à être soigné à l’hôpital

Le détenu décédé de la COVID-19 avait demandé à être soigné à l’hôpital
Robert Langevin a contracté la COVID-19 à la prison de Bordeaux. (Photo : Photo - courtoisie))

Robert Langevin est décédé le 19 mai après avoir contracté la COVID-19 à la prison de Bordeaux. Le Campivallensien de 72 ans avait demandé neuf jours plus tôt à être dirigé vers l’hôpital parce qu’il avait peur de mourir.

«Je veux que les gens d’ici sachent tout sur le décès de mon ami, soutient Nancy, une amie du défunt. Il n’aurait pas dû mourir. Il avait peur et personne a voulu l’aider pour le soigner.»

M. Langevin était incarcéré depuis décembre dernier pour bris de probation. Il était en attente de procès et devait passer devant le juge au palais de justice de Valleyfield le 14 mai.

Dès la pandémie, les visites ont été interrompues à Bordeaux. Mais le détenu appelait sa conjointe tous les jours.

Le 27 mars, il avait déjà fait part de ses inquiétudes dans une plainte à l’endroit du pénitencier. Il écrivait : «J’ai été opéré à cœur ouvert avec quatre pontages. En 2018, j’ai eu une opération du cœur et je suis des traitements tous les jours à la prison. Je suis sur des antibiotiques et masque d’oxygène respiratoire et je suis en traitement de coronavirus. Je n’ai pas envie de mourir ici. Je suis un cas urgent. Je suis humain et j’ai des droits. Je suis vulnérable et ma condition de vie ne me permet pas de mourir ici. Ce n’est pas humain. »

Les amis du septuagénaire ont tenté de convaincre les autorités de le laisser sortir de la prison en raison de la fragilité de son état. Ils ont aussi appelé son avocate. Mais leurs demandes sont restées lettre morte.

Le dimanche de la fête des Mères, son amie de cœur a reçu un coup de fil. «L’appel que je ne souhaitais jamais recevoir, assure Nancy. Et l’appel que Bob avait peur de faire. Déjà une semaine qu’il était à l’infirmerie. » Robert Langevin a par la suite été transféré à l’hôpital Sacré-Cœur où il est décédé.

Nancy réfute les allégations propagées par certains médias à l’effet que Robert Langevin aurait refusé d’être intubé.

«Je ne le laisserai pas tomber mon ami Bob, assure sa conjointe. Je vais me battre pour lui. Il n’avait plus la force de se battre, ni pour sa cause ni pour combattre le virus. Mais je veux que son histoire soit connue. Je veux que son histoire soit écrite dans les statistiques. Mais le plus important, je veux que son histoire obtienne des réponses claires. Mon ami vient de marquer une page d’histoire de cette pandémie.»

Partager cet article

11
Laisser un commentaire

avatar
3 Comment threads
8 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
5 Comment authors
FranknancyMarie JoseeCatherine LIZOTTEMarie-lyne Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Me notifier des
Marie-lyne
Guest
Marie-lyne

Belle article ! Merci de raconter la vrai histoire.

Catherine LIZOTTE
Guest
Catherine LIZOTTE

Bonjour je suis Catherine LIZOTTE la conjointe d’un détenu qui prenais soins de monsieur Langevin et monsieur Langevin c’est moi qui a voulu lui porter secours Pcq je trouvais sa inacceptable qu’on homme de 72 ans sois en prison avec un état santé accez à risque je triste Cette famille et monsieur Langevin mais Aussi très enrager Contre le securite public d’avoir agit insci c’est pas clair !!!!!!

nancy
Guest
nancy

tu as voulu lui porter secours, on te connais meme pas

Frank
Guest
Frank

Incarcéré depuis décembre pour «bris de probation» ?? J’en doute fort…

Marie Josee
Guest
Marie Josee

Le M. Frank, qui est tu pour émettre un tel commentaire, peu importe la raison pourquoi il était détenu, c’est comme si tu avais dit qu’il méritait de mourir dans ces circonstances, fait attention à ce qui sort de ta pensée car tu pourrais être gravement malade un jour toi aussi personne est à l’abri de la maladie et surtout la mort, car un jour on fini tous par mourir peu importe la façon, ceci dit mes sympathies à la famille et amis de l’homme en question

Frank
Guest
Frank

Je suis quelqu’un assez éduqué pour savoir qu’on ne passe pas 6 mois en détention préventive pour un simple «bris de probation».

Je serai peut-être gravement malade un jour, c’est vrai, mais JAMAIS je ne serai incarcéré durant six mois pour un «bris de probation», parce que c’est tout simplement impossible.

Du reste, vous prêtez des intentions totalement déformées à mon commentaire.

Marie Josee
Guest
Marie Josee

C’est pas une question d’éducation encore tu te penses au dessus des autres et le sujet concerne son décès et dans certaines circonstances et non pas pourquoi il était incarcéré

Frank
Guest
Frank

Un article de journal devrait être exact à tout point de vu, incluant la prémisse de base.

La raison de l’incarcération n’est peut-être pas le sujet principal de l’article, mais ça explique ce qu’il faisait dans un centre de détention en pleine pandémie. La bonne information nous aiderait sans doute à comprendre pourquoi on lui a refusé sa liberté.
Contravention impayée ou pédophile multirécidiviste?

Et je répète qu’un «bris de probation» n’est certainement pas la raison de ses six mois de détention préventive. Donc au mieux l’article est inexact, et au pire il est tendancieux.

nancy
Guest
nancy

c’est moi ki es mieux placer pour le savoir, c’est moi son amie. toi ki le connais meme pas pourkoi ca t’affecte tant

nancy
Guest
nancy

bin tu connais pas asser le systeme . pi oui depuis le 6 dec. ki es incarcerer.

Frank
Guest
Frank

Selon un article du 21 mai, le détenu était en attente d’un procès pour avoir trafiqué des stupéfiants.
Donc pas seulement un «bris de probation».