Hôpital : le CISSSMO explique sa décision quant au Centre Mère-Enfant

Par Yanick Michaud
Hôpital : le CISSSMO explique sa décision quant au Centre Mère-Enfant
Le CISSSMO explique sa décision quant au déménagement du Centre Mère-Enfant de l'Hôpital du Suroît. (Photo : Photo Yanick Michaud)

Le CISSSMO a prestement réagi à l’article concernant l’éventuelle disparition du Centre Mère-Enfant de l’hôpital du Suroît.

Un comité formé par des intervenants de la région s’insurge contre cette décision du CISSSMO qui à son tour dévoile quelques faits concernant cette possibilité.

« Tout d’abord, nous comprenons que le regroupement des services d’accouchements dans le futur hôpital à Vaudreuil-Soulanges crée certaines préoccupations. Lors des rencontres avec des partenaires, ces derniers ont exprimé être davantage préoccupés par le maintien de l’offre de services de première ligne à proximité. Comme les suivis de grossesse, les échographies et les suivis post-accouchement, par exemple. C’est pourquoi nous réitérons que nous souhaitons maintenir ces services localement. Afin que, dans la majorité des cas, seul l’accouchement se déroule à l’Hôpital de Vaudreuil-Soulanges », explique dans un premier temps, Jade St-Jean, conseillère-cadre aux communications externes.

Offrir des services à proximité

« À cet effet, nous travaillons activement à consolider les services de proximité et à trouver des mesures d’atténuation des barrières de distance reliées à l’accouchement. Nous avions d’ailleurs lancé une invitation à la CDC de Beauharnois-Salaberry afin de discuter de leurs préoccupations et leur présenter les chantiers sur lesquels nous sommes déjà en action afin qu’ils puissent contribuer activement à la recherche de solutions au bénéfice des futures mamans et de leurs bébés. Nous sommes toujours en attente d’un retour de leur part », indique-t-elle.

Par ailleurs, on apprend que le regroupement du Centre Mère-Enfant dans le nouvel hôpital à Vaudreuil-Soulanges, qui sera situé à 20 minutes de Valleyfield, aura des avantages réels pour les familles de toute la Montérégie-Ouest. « Effectivement, nous allons pouvoir offrir des services encore plus spécialisés. En effet, les nouvelles installations à la fine pointe de la technologie permettront d’offrir de la néonatalogie à partir de 32 semaines. Ce nouveau service pour la région de la Montérégie-Ouest permettra d’éviter des transferts à Montréal et de rapatrier les familles de la région plus rapidement », avise Jade St-Jean.

Mentionnons qu’un accouchement est une expertise très spécialisée qui nécessite un maintien des compétences constant. Il a été démontré à la suite d’une analyse que le nombre d’accouchements qui demeurerait à l’Hôpital du Suroît, soit moins de 500 annuellement, après l’ouverture de l’Hôpital de Vaudreuil-Soulanges, ne permettrait pas d’assurer des services de qualité et surtout sécuritaires dans un contexte de rareté de main-d’œuvre.

Des données supplémentaires

La conseillère en communications indique quelques chiffres concernant la situation actuelle. Ainsi, sur les 1000 femmes qui accouchent à l’Hôpital du Suroît chaque année, 55 % habitent le territoire de Vaudreuil-Soulanges.

De même, moins de 50 % de la population du Haut-Saint-Laurent accouche à l’Hôpital du Suroît. Et enfin, la population de Beauharnois accouche majoritairement à l’Hôpital Anna-Laberge.

Il faudra attendre une rencontre entre le CISSSMO et le comité de mobilisation pour connaître la suite et surtout l’avenir du Centre.

Partager cet article
S'inscrire
Me notifier des
guest
1 Commentaire
plus ancien
plus récent plus voté
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Jean Chiasson
Jean Chiasson
2 mois

Pourqoi la cisssmo choisit Vaudreuil au lieu de hôpital du Suroit .La distance est semblable
Vaudreuil ou Valleyfield Raison politique