L’art du processus exposé dans le Vieux canal

Par Éric Tremblay
L’art du processus exposé dans le Vieux canal
Les étudiants au Baccalauréat international en sciences cognitives ont présenté leur oeuvre et expliqué leur processus créatif. (Photo : (Photo Journal Saint-François - Pierre Langevin))

Les étudiants au Baccalauréat international en sciences cognitives ont fait le vernissage de leur œuvre flottante mercredi matin. Des sculptures pensées et fabriquées avec une démarche qui permet de voir au-delà de l’art.

«C’est sûr que les étudiants ont les freins au départ; ils n’ont pas vécu une tonne de cours d’art auparavant, reconnaît Érick Cyr, coordonnateur du programme d’Arts visuels au Collège de Valleyfield. Mais le cours porte sur le processus de création et de comparaisons métacognitives. »

Ainsi, le cheminement qui a mené à l’aboutissement de l’œuvre se veut aussi intéressant que l’œuvre elle-même dans le contexte académique.

Les cinq étudiants du cours Processus de création et sciences cognitives avaient deux contraintes. L’œuvre devait flotter et respecter le milieu environnant. Une liberté encadrée comme l’a résumé M. Cyr. Le cours permet d’explorer une facette différente à travers le programme du Baccalauréat international en sciences cognitives. «En 2014, les étudiants en arts visuels avaient fait cette démarche, a expliqué M. Cyr. On l’a ensuite récupéré parce qu’on trouvait que le contexte était bon pour évaluer le processus de création. »

Les cinq «artistes» ont décrit leurs œuvres qui seront exposées une semaine dans le Vieux canal. Claudie Gagnon a inséré l’évolution économique de Valleyfield à l’aide de laine et d’une carte touristique dans un arbre. Catherine Séguin a imaginé qu’une gondole pourrait servir de lien entre la Venise du Québec et la Ville italienne qui lui vaut ce surnom sur un globe terrestre. Isa-Laurence Rioux a dénoncé la surconsommation avec l’industrie du textile. Nathan Hubert-Charlebois a dressé une église, qui ressemble à la basilique-cathédrale Sainte-Cécile, qui semble disparaître sous la montée d’une nouvelle religion, la technologie. Puis Jérémie Therrien a sculpté un cadenas, comme ceux qui scelle l’amour sur le pont des arts en France.

Lors de la présentation des œuvres, il a été permis d’apprendre que le Baccalauréat international en sciences cognitives, créé au Collège de Valleyfield, ne serait pas offert cet automne, en raison du faible nombre d’inscription.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des