La Ville devra abattre une trentaine d’arbres au parc Salaberry

La Ville devra abattre une trentaine d’arbres au parc Salaberry

Plusieurs des arbres du parc Salaberry sont affectés par la maladie.

Crédit photo : Journal Saint-François Gracieuseté

En raison de leur état de santé précaire, une trentaine d’arbres situés dans le parc Salaberry, de même que sur la rue Montcalm, devront être abattus par la Ville au cours des prochaines semaines.
L’état de santé de ces arbres laisse effectivement craindre pour la sécurité des citoyens qui fréquentent ces endroits, mentionne la Ville de Salaberry-de-Valleyfield dans un communiqué. Plusieurs des quelque 215 arbres évalués dans ce secteur feront également l’objet de travaux d’élagage préventif.
Les causes ayant mené à cette mesure sont multiples, estime Marie-Lou Lacasse, technicienne en environnement et arboriculture à la Ville de Salaberry-de-Valleyfield.
« Sur un site fréquenté comme le parc Salaberry, les arbres sont victimes d’un stress permanent en lien avec les installations, la compaction du sol, les blessures causées par la machinerie aux pieds et aux troncs, en plus des lésions causées par la force de la nature, comme le verglas, le vent, etc., explique-t-elle. Chaque plaie mal refermée est une porte ouverte aux micro-organismes et insectes qui peuvent entraîner la détérioration et la pourriture en son cœur. Fragilisé à l’intérieur, malgré parfois une apparence saine, l’arbre représente un risque de bris dangereux pour les utilisateurs du parc. »

L’état de certains arbres laisse craindre pour la sécurité publique. (Photo Journal Saint-François Gracieuseté)

Notons par ailleurs que chaque arbre abattu sera remplacé par de nouveaux arbres, en vertu de la Politique de l’arbre adoptée par la Ville. Certains ne conserveront que leur tronc, afin de maintenir en place le système d’éclairage et de sonorisation du parc, jusqu’à ce que celui-ci soit remplacé. De nouveaux arbres seront aussi plantés sur la rue Montcalm, en marge des travaux d’infrastructures projetés à cet endroit.
La Ville de Salaberry-de-Valleyfield accorde une grande importance à son patrimoine arboricole. « Nous devons considérer l’arbre comme une infrastructure naturelle au rôle majeur pour notre qualité de vie. En plus de purifier l’air, il rend de très nombreux services et génère des économies aux contribuables, en améliorant la qualité de l’eau, en ralentissant le ruissellement des eaux de surface, en favorisant l’infiltration de l’eau dans le sol, en diminuant le risque de débordement, en réduisant les risques d’érosion des sols et en les stabilisant ou encore en ralentissant le vieillissement des infrastructures, etc. C’est parce que nous ne pouvons pas nous passer des arbres que la Ville a fait le choix d’investir dans la préservation de la forêt urbaine et dans sa croissance », précise Maggy Hinse, conseillère en environnement.

Cette carte donne un aperçu des arbres à abattre dans le secteur du parc Salaberry. (Photo Journal Saint-François Gracieuseté)

Poster un Commentaire

avatar