La députée Anne Quach désire un budget réaliste et pro-environnement

Par Yanick Michaud
La députée Anne Quach désire un budget réaliste et pro-environnement
Anne Quach estime qu’il faut aider l’industrie locale en améliorant le système de transport en commun et en encourageant l’achat local, entre autres. (Photo : Photo Journal Saint-François – Yanick Michaud)

La députée fédérale de Salaberry Suroît, Anne Minh-Thu Quach sera aux aguets en ce qui concerne le dépôt du budget du gouvernement libéral de Justin Trudeau.  

« Il y a des revendications des gens qui vivent ici et qui ont des problèmes au niveau des ressources financières. Il n’y a pas assez d’argent dans les programmes fédéraux. Les gens ont besoin de médicaments, entre autres, mais chaque mois ils décident entre l’achat de leur épicerie ou de leurs médicaments », explique Anne Quach députée néo-démocrate qui trouve cette situation inconcevable.

Elle précise que si le gouvernement embrassait le régime universel d’assurance maladie proposé par le NPD, le prix des médicaments serait réduit pour tous les Canadiens et serait d’une grande aide pour la population en âge d’or.

Il en va de même pour les logements de qualité, abordables. « C’est une donnée où il ne reste que des miettes pour les régions comme la nôtre. Et ce ne sont pas seulement les aînés qui nous appellent pour nous dire qu’ils ont de la difficulté à joindre les deux bouts. Il y a beaucoup de jeunes également. Ils ont tellement de dettes après leurs études, en moyenne 20 000 $ par jeune, qu’ils n’ont plus les moyens de s’en sortir », dit celle dont le parti souhaite encourager l’éducation postsecondaire en éliminant graduellement les frais de scolarité. Elle mentionne au passage son appui aux stages rémunérés qui pourraient aider à cicatriser l’endettement des jeunes.

Lutte constante contre les changements climatiques

Parmi ses autres chevaux de bataille, la lutte contre les changements climatiques demeure un incontournable pour Anne Quach. « Si le gouvernement n’annonce et ne fait rien, d’ici 12 ans, nous ne pourrons plus contenir les dégâts engendrés. Ce budget est sa dernière chance d’agir et le gouvernement doit investir limiter l’augmentation de la température planétaire en dessous de 1,5 °C. Ça touche tout le monde, ici il y a eu des vagues de chaleur pendant lesquelles des gens sont morts. La planète est hypothéquée », souligne celle qui ne se présentera pas aux prochaines élections cet automne et qui en a fait l’annonce récemment.

Elle ne souhaite pas commenter les rumeurs concernant un éventuel successeur, mais avoue qu’une personne l’a jointe pour s’enquérir de l’état des lieux.

Enfin, en ce qui concerne ce budget qui se voudra sans doute racoleur à quelques mois des élections, Anne Quach s’inquiète des annonces qui seront faites en ce qui concerne la relève agricole.

« Il y a au-dessus de 1500 fermes dans cette circonscription. C’est un apport très important à notre économie locale, mais les fermes familiales ont de plus en plus de difficulté à survivre. Dans les 10 dernières années, 8000 fermes ont cessé leurs activités au Canada. Plusieurs facteurs ont contribué à cette situation, dont la hausse dans le prix des terres, mais maintenant les agriculteurs doivent faire face à une perte de près de 10 % du Marché d’ici 10 ans et des pertes de ventes de l’ordre de 450 millions $ par année, en raison des accords de libre-échange négociés par le gouvernement libéral. Les agriculteurs vivent dans l’incertitude et cela affecte le moral et la relève agricole. Le gouvernement doit tenir sa promesse de livrer des compensations aux agriculteurs pour leur permettre à absorber les pertes actuelles et à venir », conclut celle qui veut voir les jeunes agriculteurs recevoir de l’aide afin de pouvoir absorber les pertes actuelles et à venir.

Partager cet article

Laisser un commentaire

avatar
  S'inscrire  
Me notifier des