Jean-Luc qui ?

Par Mario Pitre
Jean-Luc qui ?
Jean-Luc Brassard (Photo : Archives Pierre Langevin)

Le médaillé olympique Jean-Luc Brassard a prononcé une conférence jeudi dernier aux élèves de l’école primaire Sacré-Cœur. D’entrée de jeu, il a dû se présenter ! Les jeunes de cet âge ne le connaissent pas. Peut-on les blâmer ?
En fait, je trouve inconcevable que celui qu’on a surnommé «le roi des bosses» n’ait encore aucun lieu ou édifice public de Salaberry-de-Valleyfield à son nom. Comme le Colisée Isabelle-Brasseur à Saint-Jean-sur-Richelieu, l’aréna Raymond-Bourque à Ville St-Laurent, ou encore «l’aréna Luc et Marie-Claude», de Baie St-Paul, qui (j’ai appris cela sur Internet) doit son nom à Luc Bradet et Marie-Claude Savard-Gagnon qui ont fait équipe pendant une quinzaine d’années en patinage artistique.
On dirait qu’ici, on éprouve un malaise à honorer les nôtres. Pourtant, Jean-Luc n’en a-t-il pas fait suffisamment pour que son nom soit immortalisé dans sa ville natale ? D’un aspect sportif, Brassard a participé à 4 Jeux olympiques, desquelles il est revenu avec une médaille d’or de Lillehammer en 1994, et le rôle de porte-drapeau à Nagano en 1998. Sans compter ses 44 podiums en Coupe du monde de ski acrobatique. Le nom de Jean-Luc Brassard est reconnu dans de nombreux pays. Il est d’ailleurs inscrit au Temple de la renommée du sport canadien.
Mais au-delà de ses performances sportives, c’est aussi et surtout l’individu qui s’est démarqué au cours des dernières années par sa franchise, son intégrité et son humanité. Jean-Luc Brassard n’a jamais eu peur d’émettre des opinions personnelles, particulièrement sur des sujets touchant le monde olympique. Il a été un des rares à dénoncer le manque de transparence du Comité olympique canadien dans l’affaire Marcel Aubut. Ce qui l’a amené à remettre sa démission comme chef de mission de la délégation canadienne aux Jeux de Rio en 2016.
L’an dernier, Brassard a aussi qualifié «d’erreur monumentale» la décision de l’Agence mondiale antidopage de réintégrer l’Agence russe antidopage, suspendue pour avoir mis sur pied un système de dopage étatique. Il n’a pas craint également de s’attirer les foudres du public en se prononçant contre la tenue des Jeux olympiques de 2026 à Calgary, dénonçant du même coup l’orgie de dépenses que cela engendre et l’autocratie qui caractérise le CIO.
Reconnu comme «Ambassadeur de l’esprit sportif» et brillant communicateur, Jean-Luc Brassard continue de donner des conférences partout dans les écoles pour parler contre l’intimidation et pour les valeurs sportives. Il se positionne également dans plusieurs activités pour la sauvegarde de l’environnement. Il est de retour chez lui dans sa maison familiale de Grande-Ile depuis quelques années, où il a d’ailleurs entrepris des travaux de rénovation écologiques.
Jean-Luc est toujours demeuré humble malgré sa notoriété. Il serait le dernier à demander quoi que ce soit pour qu’on honore ses faits d’armes. Pour ma part, j’observe le projet de complexe multisports mis de l’avant par la Ville, en collaboration avec la Commission scolaire de la Vallée-des-Tisserands et le Collège de Valleyfield; une belle occasion de rendre un hommage bien mérité au «roi des bosses».

Partager cet article

12
Laisser un commentaire

avatar
11 Comment threads
1 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
12 Comment authors
Michèle MelançonJean-Pierresteve chamberlandMarcel BouchardJannick Recent comment authors
  S'inscrire  
plus récent plus ancien most voted
Me notifier des
Jean-Francois McDonald
Guest
Jean-Francois McDonald

Vraiment d’accord.

Nicolas Bessette
Guest
Nicolas Bessette

Bonne idée !t

Ghyslaine Lalonde
Guest

il serait temps ,,Un centre multisport cela serait intéressant mais plusieurs petites ecoles seraient bannies.je pense a moins qu’il déménage dans les locaux de ce centre mais a quel prix ?Plusieurs ont essayer de survivre mais les portes ont fermées pourquoi??manque-t-il de sportifs dans la région ou est-ce ????

Johanne
Guest
Johanne

Sanas aucun doute un hommage à Jean-Lus est de mise

Lise Leroux
Guest
Lise Leroux

Personnalité fort simple qui partage sa passion ,le ski et j’adore l’entendre raconter ses voyages au Canada et ailleurs en compagnie de Franco Nuevo à la radio le dimanche matin mais il faut être très matinal pour l’entendre

René Bouthillette
Guest
René Bouthillette

Primo, il faudrait peut-être demander au principal intéressé s’il veut voir son nom associé à une rue ou un édifice au coeur de Sallaberry de Valleyfield et s’il s’y montre intéressé , il y a bien des noms de rues dans cette ville que le journaliste Gilles Proulx ( Journal du Midi 98.5 FM ) baptisait Ville de l’amour , qui mériteraient rien de moins que de s’évaporer aux calendes grecques et ce , que ce soit dans les axes Est-Ouest ou Nord Sud , ce n’est pas le choix qui manque sur le terrain !

Denise Plouffe
Guest
Denise Plouffe

Absolument d’accord.

Jannick
Guest
Jannick

Complètement en accord !!! Très bon texte !!! Bravo 👏

Marcel Bouchard
Guest
Marcel Bouchard

Jean Luc !
plus droite que ça casse !!! bravo ! toute mon respect jean Luc

steve chamberland
Guest
steve chamberland

Rien de surprennent,j’ai participé aux jeux du Québec en tant que bénévole a 15 ans et j’avais accès a tout et cela gratuitement!!!

Jean-Pierre
Guest
Jean-Pierre

Tout à fait d’accord avec cette proposition
Qui partira une pétition

Michèle Melançon
Guest

Super bien d’en parler , mais qui part le bal afin de rendre à Jean-Luc ce qui lui revient…Go go go on vous suit !