Jannick Brassard va traverser le lac Saint-Jean à la course à pied

Jannick Brassard va traverser le lac Saint-Jean à la course à pied

Jannick Brassard va traverser le lac Saint-Jean à la course à pied. Elle apparaît avec son plus fidèle supporter, son conjoint Jean-François Dionne.

C’est guidée par une lampe frontale que Jannick Brassard va courir les 32 km qui séparent Roberval et Péribonka. Une lueur dans la nuit de ce défi mais surtout un phare pour la fondation Sur la pointe des pieds qui fait vivre des aventures thérapeutiques à des jeunes atteints du cancer.

«J’aime courir pour une raison, pour une cause explique-t-elle. Le fait que la course ait lieu dans ma ville natale est aussi venue me chercher. »

En 1984, la fille originaire de Roberval assistait à la traversée du lac Saint-Jean à la nage. Elle était admirative des efforts déployés par les athlètes.

Mais Jannick aime la course à pied. Elle apprécie courir pour une cause, notamment Ensemble, courrons vers la guérison, qui procurait du support psychologique aux gens atteints de cancer et à leurs proches, pour qui elle a couru un premier marathon en 2004.

Samedi, elle remettra au moins 1535 $, plus que l’objectif minimal de 1000 $,  à la Fondation Sur la pointe des pieds. Celle-ci vise à sortir les jeunes atteints du cancer de l’hôpital et leur faire vivre une expédition hors du commun. Avec comme objectif de changer l’image de la maladie et de recréer l’estime de soi chez les participants.

Une expédition hors du commun, c’est ce que vivra Jannick Brassard lors du premier défi Cryo de course à pied. «Quand tout le monde chiâlait des conditions hivernales, moi j’étais contente, lance-t-elle. Je courais avec mes crampons. L’hiver est ma saison préférée pour courir. »

Soixante participants vont tenter de traverser le lac à partir de 16 h. Pourquoi en soirée ? Parce que la lueur des rayons du soleil pourrait fragiliser la glace. «Les organisateurs disent que c’est magique de courir quand il fait noir partout», rajoute Mme Brassard. Elle aura cinq heures pour combler la distance. Six ravitaillements se retrouveront tout au long du trajet de 32 km. Elle devra respecter un temps limite entre chaque arrêt sinon, elle sera escortée en motoneige.

– 39 °C dans le vent

Le mercure peut aussi bien chuter à – 39 °C tandis que les vents peuvent atteindre 80 km/h sur le lac Saint-Jean. Mais samedi, on prévoit que le thermomètre affichera – 7 °C avec des vents d’environ 10 km/h. Mais des bordées de neige pourraient survenir avant le départ.

«J’ai des souliers avec des crampons intégrés, mais j’en ai rajoutés, dit-elle. Je suis aussi allé chercher des raquettes de course. On a reçu un plan d’entraînement, mais on doit s’assurer d’être autonome. Que ce soit en souliers ou en raquettes, c’est au choix selon les conditions. Je vais voir sur place. »

Bien protégée derrière sa cagoule et ses lunettes de ski, elle a même prévu le coup avec l’équipe de Vélo Station de faire préparer une membrane isolante pour le tuyau qui lui permettra de s’abreuver. Un sifflet, des batteries pour la lampe et des gants supplémentaires font partie des items recommandés à avoir sur soi. «Courir, c’est une belle façon d’évacuer et de se retrouver dans sa bulle, mentionne Jannick Brassard. Le moment sera bon pour ça et penser à la cause. »

Commenter cet article

avatar